MENU   

« De la beauté des latrines »

Pour réhabiliter le sens au cinéma et ailleurs

Couverture du livre De la beauté des latrines par Noël Burch

AmazonFnac
PriceMinister
Amazon

de Noël Burch

Type
Essais
Sujet
Sociologie
Mots Clés
politique, réactionnaire, idéologie, misogynie, King Vidor, Howard Hawks
Année d'édition
2007
Editeur
L'Harmattan
Collection
Champs visuels
Langue
français
Taille d'un livre de poche 11x18cmTaille relative de ce livreTaille d'un grand livre (29x22cm)
Taille du livre
Format
Broché • 308 pages • 27,50 €
15,5 x 24 cm
Egalement disponible en format eBook.
ISBN
978-2-296-04341-1
Appréciation
pas d'appréciation (0 vote)

Moyenne des votes : pas d'appréciation

0 vote 1 étoile = On peut s'en passer
0 vote 2 étoiles = Bon livre
0 vote 3 étoiles = Excellent livre
0 vote 4 étoiles = Unique / une référence

Votre appréciation :

Description de l'ouvrage :
«Il n'y a vraiment de beau que ce qui ne peut servir de rien ; tout ce qui est utile est laid, car c'est l'expression de quelque besoin, et ceux de l'homme sont ignobles et dégoûtants comme sa pauvre et infirme nature. L'endroit le plus utile d'une maison, ce sont les latrines.» Ces phrases de Théophile Gautier, où l'on peut voir le premier manifeste, en 1834, du formalisme moderniste, de «l'art pour l'art», ce livre s'attache à les réfuter. Si l'objet principal du travail de Noël Burch demeure ici encore le cinéma, son propos dépasse ce cadre, car la sensibilité élitiste, esthétisante qui informe la quasi-totalité des «études cinématographiques» dans les universités françaises ainsi que les publications spécialisées les plus influentes dans ce domaine, a des incidences bien au-delà des arts.

Cet esthétisme hégémonique est aussi profondément «masculiniste» qu'il est élitiste, et va de pair avec la résistance farouche opposée par la hiérarchie intellectuelle à la pénétration en France des travaux cruciaux conduits, notamment par des féministes, dans les pays anglo-saxons depuis une trentaine d'années — sur le cinéma mais aussi sur la littérature, l'histoire, les humanités en général. Or, c'est sur ces sources-là que l'auteur s'appuie principalement, présentant ici pour la première fois en français une critique d'ensemble des idéologies réactionnaires — avant-gardisme obscurantiste, misogynie, mépris de la culture de masse — qui déterminent non seulement de larges aspects de la pensée universitaire en France, mais aussi l'actuelle confusion politique de nos élites intellectuelles.

Biographie de l'auteur :
Noël Burch, après dix ans comme professeur de théorie et d'histoire du cinéma aux universités Paris 3 et Lille 3, est revenu à sa vocation première de cinéaste et écrivain. Actuellement, il travaille avec Geneviève Sellier sur les téléfilms français, et sur les textes du théâtre lyrique des XVIIIe et XIXe siècles.

Sommaire :
Prolégomènes I
Prolégomènes II
Cinéphilie et politique
Cinéphilie et masculinité
Masculin Féminin
Contre l'esthétique sadienne
Cinéma et ressentiment
Retour sur LImmortelle
Misogynie ordinaire en France : zapping
Double langage - de l'ambiguité tendancielle du cinéma hollywoodien
Une poétique de l'inavouable
Fulgurances de King Vidor
Howard Hawks ou l'auberge espagnole
Conclusion
Ouvrages consultés

Voir le site internet de l'éditeur L'Harmattan

> Du même auteur :

> Sur un thème proche :

Nota : Un livre sur fond légèrement grisé est un livre qui n'est plus actuellement édité ou qui peut être difficile à trouver en librairie. Le prix mentionné est celui de l'ouvrage à sa sortie, le prix sur le marché de l'occasion peut être très différent.

12607 livres recensés   •   (c)2014-2018  Livres-Cinema.info   •