MENU   

« L'ombre de l'image »

De la falsification à l'infigurable

Couverture du livre L'ombre de l'image par Collectif dir. Murielle Gagnebin

AmazonFnac
PriceMinister

Collectif sous la direction de Murielle Gagnebin

Type
Etudes
Sujet
Théorie
Mots Clés
image, réalité, Alexandre Sokourov, représentation
Année d'édition
2003
Editeur
Champ Vallon
Collection
L'Or d'Atalante
Langue
français
Taille d'un livre de poche 11x18cmTaille relative de ce livreTaille d'un grand livre (29x22cm)
Taille du livre
Format
Broché • 402 pages • 29,00 €
15 x 22 cm
ISBN
978-2-87673-364-0
Appréciation
pas d'appréciation (0 vote)

Moyenne des votes : pas d'appréciation

0 vote 1 étoile = On peut s'en passer
0 vote 2 étoiles = Bon livre
0 vote 3 étoiles = Excellent livre
0 vote 4 étoiles = Unique / une référence

Votre appréciation :

Description de l'ouvrage :
Toute image a-t-elle vraiment une ombre ? A moins que l'ombre, peinte ou sonore, ne produise une image. Bref, qui, de l'image ou de l'ombre, l'emporte ? Ajoutons à cela les multiples clins d'œil, les repentirs iconologiques, les astuces inhérentes au monde du spectaculaire, les présences d'absence habiles à hanter toute couvre, qu'elle relève de la littérature, de la peinture, de la photographie, du théâtre, ou du cinéma, voire de la psychanalyse. Bref, reprises, transpositions, falsifications, recréations ou, changeons de registre : épure, conquête de l'authentique, les manifestations de l'art ont maille à partir avec l'ombreux qui vite devient tantôt ombrageux, tantôt ombrant ! De même les arts de l'empreinte, depuis l'origine du dessin jusqu'à l'horreur d'Hiroshima et ses fulgurantes lumineuses susceptibles d'éliminer l'image comme l'ombre, sont-ils toujours en étroite relation avec la mort et l'ineffable ? Mais l'infigurable, trace de l'inhumain, ne peut-il aussi se transformer en trop de visible ? Voir s'accompagnerait alors de quelque hystérie, capable de retentir sur la part de l'ombre liée à toute figure, sauf celle du vampire, et de faire des marges, des blancs, des silences autant de fragiles demeures, inséparables cependant de la représentation. Donner à voir implique ainsi sûrement un intime partage avec quelque secrète dispense des ombres. C'est ce que l'œoeuvre du cinéaste Alexandre Sokurov, si familier du langage pictural, confirme, au cours d'un hommage, à sept voix, rendu à son film Elégie de la traversée (2001). Le jeu énigmatique des ombres, spécifique de sa " touche " comme d'un certain traitement de la mélancolie, valorise tantôt le documentaire dans la fiction, tantôt le rêve dans la sèche réalité. La nostalgie, évocatrice de tant d'images, libère, là aussi, des ramifications propres à stimuler un nouvel art de créer, et peut-être même de penser les ombres.

Biographie de l'auteur :
Textes de Diane Arnaud, Monique Banu-Borie, Jean Breschand, Arnaud Bringer, Valérie Deshoulières, Élodie Dulac, Caroline Eades, Murielle Gagnebin, Guillaume Gomot, Steven Jaron, Gérard Leblanc, François Lecercle, Françoise Létoublon; Jean-Louis Leutrat, Suzanne Liandrat-Guigues, Nicolas Lissarrague, Julien Milly, Agnès Minazzoli, Robert Mochkovitch, Michel de M’Uzan, Georges Nivat, Bertrand Revol, Sylvie Rollet, Carole Wrona, et Alexandre Sokurov.

Voir le site internet de l'éditeur Champ Vallon

> Du même auteur :

Du divan à l'écran:Montages cinématographiques, montages interprétatifs

Du divan à l'écran (1999)

Montages cinématographiques, montages interprétatifs

de Murielle Gagnebin

Sujet : Théorie

> Sur un thème proche :

12633 livres recensés   •   (c)2014-2018  Livres-Cinema.info   •