MENU   

« La renaissance du cinéma brésilien, de l'Atlantide à la Cité de Dieu (2) »

Second volume, La complainte du phoenix (1970-2000)

Couverture du livre La renaissance du cinéma brésilien, de l'Atlantide à la Cité de Dieu (2) par Laurent Desbois

AmazonFnac
PriceMinister
Amazon

de Laurent Desbois

Type
Etudes
Sujet
PaysAmérique du Sud
Mots Clés
Brésil, Cinema Novo
Année d'édition
2010
Editeur
L'Harmattan
Collection
Champs visuels
Langue
français
Taille d'un livre de poche 11x18cmTaille relative de ce livreTaille d'un grand livre (29x22cm)
Taille du livre
Format
Broché • 250 pages • 27,50 €
15,5 x 23,5 cm
Egalement disponible en format eBook.
ISBN
978-2-296-11798-3
Appréciation
pas d'appréciation (0 vote)

Moyenne des votes : pas d'appréciation

0 vote 1 étoile = On peut s'en passer
0 vote 2 étoiles = Bon livre
0 vote 3 étoiles = Excellent livre
0 vote 4 étoiles = Unique / une référence

Votre appréciation :

Description de l'ouvrage :
Voilà bientôt un demi-siècle que le cinéma brésilien vit sur le souvenir du cinema novo. Or son histoire est un véritable roman-feuilleton, scénario à rebondissements dont on dresse ici le panorama critique en mettant l'accent sur la quête d'identité dont elle porte trace. Quête cyclique d'un cinéma implanté dans un pays d'identité nationale, politique, raciale et culturelle métissée. Un cinéma irrégulièrement productif, chaotique et cahoté, divers, riche de contradictions liées aux soubresauts de la nation. Après soixante années d'envols dignes de l'obstination d'Icare, ce second volume analyse les années 70 marquées par la Dictature militaire et l'organisme étatique Embrafilme, qui célèbre l'histoire d'amour du public brésilien avec son cinéma (Dona Flor et ses deux maris), puis la pornochanchada, comédie érotique médiocre discréditant pour longtemps le cinéma national. Les années 90 commencent par la mort du cinéma brésilien, gelé par le Président Collor. Carlota Joaquina le ressuscite (1994) et la retomada (reprise toujours actuelle 16 ans après) est couronnée par les succès internationaux de Central do Brasil (1998-Walter Salles) puis Cidade de Deus (2002-Fernando Meirelles). Mais pourquoi le cinéma brésilien a-t-il tant de difficultés intra et extra muros ?

Biographie de l'auteur :
Docteur en Sciences de l'Art de l'Université de Paris-X, Laurent Desbois voyage au Brésil depuis 1996 et vit aujourd'hui à Rio de Janeiro. Chargé par les Ministères des Relations Extérieures et de l'Éducation Nationale de missions linguistiques et culturelles à travers le monde (Espagne, Pologne, Cameroun, Ile de la Réunion, Brésil), il a collaboré aux Cahiers du Cinéma au moment de la reprise du cinéma brésilien à la fin des années 90 : rencontres, entretiens, tournages, tables rondes et amitiés lui ont inspiré cette histoire analytique.

Voir le site internet de l'éditeur L'Harmattan

> Du même auteur :

> Sur un thème proche :

12633 livres recensés   •   (c)2014-2018  Livres-Cinema.info   •