MENU   

« L'apocalypse-cinéma »

2012 et autres fin du monde

Couverture du livre L'apocalypse-cinéma par Peter Szendy

AmazonFnac
PriceMinister
Amazon

de Peter Szendy

Type
Etudes
Sujet
Sociologie
Mots Clés
apocalypse, analyse
Année d'édition
2012
Editeur
Capricci
Collection
Première Collection
Langue
français
Taille d'un livre de poche 11x18cmTaille relative de ce livreTaille d'un grand livre (29x22cm)
Taille du livre
Format
Broché • 160 pages • 15,00 €
12 x 19 cm
Egalement disponible en format eBook.
ISBN
978-2-918040-51-4
Appréciation
pas d'appréciation (0 vote)

Moyenne des votes : pas d'appréciation

0 vote 1 étoile = On peut s'en passer
0 vote 2 étoiles = Bon livre
0 vote 3 étoiles = Excellent livre
0 vote 4 étoiles = Unique / une référence

Votre appréciation :

Description de l'ouvrage :
La fin du film, c’est la fin du monde. Dix blockbusters « apo » vus par Peter Szendy

L'Apocalypse-cinéma, ce n'est pas seulement la fin des temps si souvent donnée à voir récemment, à grand renfort d'effets spéciaux. Le philosophe Peter Szendy avance l'hypothèse que c est aussi sa propre limite que le cinéma travaille et affronte là : l'Apocalypse-cinéma, c'est à la fois, d'un même et terrible coup double, la fin du monde et la fin du film. Il décrit les figures de ces deux fins en une : le compte à rebours, l'aveuglement, la radiation, le gel, la fêlure, la déchirure sismique... Autant de prétextes pour mettre en scène le cinéma lui-même, avec ses décomptes ou ses rewinds, ses images surexposées et ses fondus au blanc, ses retouches numériques, ses arrêts sur image ou ses raccords. Allant et venant entre le cinéma et la philosophie, Steven Spielberg, Lars Von Trier et Martin Heidegger, empruntant ses exemples à des superproductions récentes comme 2012, Le Jour d'après, Watchmen ou Terminator 3, mais aussi à des films plus singuliers comme Blade Runner, Melancholia, Cloverfield, L'Armée des douze singes ou A.I., il montre que ce que ses fans surnomment « apo » n est pas un simple genre parmi d'autres. Il s'agit à chaque fois, pour le cinéma, de s'exposer. Penser la fin du monde, c'est donc toujours aussi porter le cinéma au bord de sa disparition. Au bout du compte, à la fin du décompte, le cinéma rêve de se reconstituer en se perdant. Tel est le propos de ce livre à la fois érudit et passionné, aussi brûlant et actuel que le sujet qu'il aborde.

Biographie de l'auteur :
Peter Szendy est maître de conférences au département de philosophie de l'université de Paris-Ouest-Nanterre-La Défense et conseiller musicologique pour les programmes de la Cité de la musique. Visiting Professor à l'université de Princeton en 2012, il a aussi enseigné au département de musique de l'université Marc-Bloch de Strasbourg de 1998 à 2005. Il a également été rédacteur en chef des publications de l'Ircam, de 1996 à 2001. Ses travaux portent notamment sur l'histoire de l'écoute et ses rapports avec le pouvoir, sur la lecture ainsi que sur la fabrique des corps ou du regard.

Revue de Presse :
Sommaire : Melancholia, l'après-tout The Last Man On Earth, le cinéma comme décompte Cloverfield, l'holocauste de la date Terminator, l'archi-travelling 2012, la pyrotechnie A. I., le gel Pause pour inventaire (l' « apo ») Watchmen, le feuilleté du cinémonde Sunshine, la radiographie en blanc et noir Blade Runner, les intermondes L'Armée des douze singes, les tubes de l'apocalypse La Route, la langue d'une ère engloutie Blob, la bulle. --http://www.capricci.fr/editions.php?id_edition=519&type=519 Extrait (à propos de Melancholia) : « Les dernières traînées du bruit de l'explosion planétaire qui vient d'avoir lieu meurent elles aussi, expirent peu à peu. Et c'est le silence. Le silence et l'obscurité profonde, qui durent. Jamais aucun film, à ma connaissance, ne s'est ainsi conformé à ce qui représenterait la loi la plus stricte du genre apocalyptique (si genre il y a) : à savoir que la fin du monde, c'est la fin du film. » --http://www.capricci.fr/editions.php?id_edition=519&type=519

Voir le site internet de l'éditeur Capricci

> Du même auteur :

Le Supermarché du visible: Essai d'iconomie

Le Supermarché du visible (2017)

Essai d'iconomie

de Peter Szendy

Sujet : Sociologie

Sur écoute : Esthétique de l'espionnage

Sur écoute (2007)

Esthétique de l'espionnage

de Peter Szendy

Sujet : Sociologie

> Sur un thème proche :

Nota : Un livre sur fond légèrement grisé est un livre qui n'est plus actuellement édité ou qui peut être difficile à trouver en librairie. Le prix mentionné est celui de l'ouvrage à sa sortie, le prix sur le marché de l'occasion peut être très différent.

12633 livres recensés   •   (c)2014-2018  Livres-Cinema.info   •