MENU   

« Bernard Blier »

un homme façon puzzle

Couverture du livre Bernard Blier par Jean-Philippe Guerand

AmazonFnac
Rakuten/PriceMinister

de Jean-Philippe Guerand

Type
Biographies
Sujet
ActeurBernard Blier
Mots Clés
Bernard Blier, biographie
Année d'édition
2009
   > Voir l'édition plus récente (2014)
Editeur
Robert Laffont
Collection
(hors collection)
Langue
français
Taille d'un livre de poche 11x18cmTaille relative de ce livreTaille d'un grand livre (29x22cm)
Taille du livre
Format
Broché • 300 pages • 23,00 €
15,5 x 23 cm
ISBN
978-2-221-11045-4
Appréciation
pas d'appréciation (0 vote)

Moyenne des votes : pas d'appréciation

0 vote 1 étoile = On peut s'en passer
0 vote 2 étoiles = Bon livre
0 vote 3 étoiles = Excellent livre
0 vote 4 étoiles = Unique / une référence

Votre appréciation :

Description de l'ouvrage :
Vingt ans après sa mort (le 29 mars 1989), Bernard Blier reste l'un des comédiens français les plus populaires. Voici LA biographie de ce « bon gros qui n'aimait pas les cons » et dont la carrière déroule l'un des plus beaux génériques du cinéma français, de Quai des Orfèvres à Buffet froid en passant par les cultissimes Tontons flingueurs. Bernard Blier fait partie de ces « gueules » du cinéma français qui appartiennent à notre mémoire collective. Et pourtant, de ce comédien extrêmement populaire (y compris dans les jeunes générations, fans comme leurs aînés des inoubliables Tontons flingueurs), à la carrière riche de plus de cent quatre-vingts films et trente pièces de théâtre, on ne sait presque rien. Au fil de cette biographie - la première complète et documentée qui lui soit consacrée -, Bernard Blier se révèle un personnage aussi singulier que ceux qu'il a incarnés. Une naissance en Argentine en 1916, une vocation précoce, à l'âge de onze ans, à la sortie d'une représentation à la Comédie Française. Son père hausse les épaules : « Tu seras privé de dessert », mais prend conseil auprès d'un comédien en vogue à l'époque. « C'est dans l' uf », juge l'homme de l'art après avoir écouté l'aspirant acteur réciter un poème. Et de fait, le jeune Blier (élève préféré de Louis Jouvet au Conservatoire) débutera dans Entrée des artistes, Hôtel du Nord et Le jour se lève, rien de moins ! Facétieux comme on n'oserait plus l'être aujourd'hui, soupe au lait, joueur (il s'adonne aux courses... de chevaux de bois !), bibliophile et alpiniste avertis, fin gastronome, homme et père intransigeant, fou de comédie, il plaçait l'amitié plus haut que tout avec ses complices François Périer, Gérard Philipe, Jean Gabin, Jean Carmet, Gérard Depardieu... Menée à l'anglo-saxonne, comme une enquête, fondée sur des témoignages inédits (notamment celui de son fils, le cinéaste Bertrand Blier, qui a accepté pour la première fois de se confier aussi longuement sur ce père aux multiples visages), cette biographie traverse cinquante ans d'histoire du septième art, et nous fait approcher la vérité d'un homme qui a vécu comme il jouait la comédie : sérieusement, sans jamais se prendre au sérieux, avec pour maxime cette devise de Michel Audiard, son meilleur dialoguiste : « J'parle pas aux cons, ça les instruit. »

Biographie de l'auteur :
Spécialiste et journaliste de cinéma (TéléObs-Nouveau Cinéma, Le Film français...), membre du Syndicat de la critique, Jean-Philippe Guerand est l'auteur de Woody Allen (Rivages, 1989), Cyril Collard, la passion (avec Martine Moriconi, Ramsay, 1993), James Dean (Folio Biographies, 2005) et Jacques Tati (Folio Biographies, 2007). Pour le magazine Première, où il a travaillé pendant huit ans, il a à deux reprises longuement interviewé Bernard Blier, en 1985 et 1986, nouant avec lui des liens amicaux.

Extrait :
L'Argentin de Paris

«Le temps, en embellissant le passé, embellit également celui que nous avons été.»
Emmanuel Bove, Non-lieu

Tout commence au-delà des mers. Très précisément à Buenos Aires, en République argentine, le 11 janvier 1916, à l'heure du petit déjeuner. Ce matin-là, Suzanne Blier, née Bargy, donne le jour à un garçon prénommé Bernard. C'est son troisième enfant. Pour son époux, Jules, en revanche, il s'agit d'une première. En effet, les deux gamins qui trépignent pour qu'on les laisse voir le petit frère sont les rejetons d'un précédent lit, même si le jeune père a juré de les élever sans faire la moindre distinction entre eux. Roger, le petit garçon, a six ans, et Odette, sa soeur cadette, s'apprêtait à souffler ses quatre bougies le lendemain... quand le nouveau-né lui a chipé la vedette. Suzanne, leur maman, est devenue veuve à l'âge de vingt-sept ans.
Cruelle répétition du destin : sa propre mère, Marie, née Marchand, a elle aussi prématurément perdu son mari, lequel demeurera pourtant le grand homme de la famille. Député de la Côte-d'Or mort brutalement le 13 novembre 1892 à l'âge de quarante-cinq ans, Nicolas-Julien dit Amédée Bargy laisse le souvenir d'un homme intègre qui a mis ses actes en accord avec ses idées, un républicain pur et dur qui a «toujours eu pour première préoccupation l'intérêt de la République, le progrès de la démocratie, l'amélioration du sort des petits et des humbles» et s'est battu chaque fois qu'il sentait ses idéaux menacés. Notamment à l'époque de la Commune, quand ce fils et petit-fils de républicains s'est porté au secours de Paris assiégé dans les rangs des mobiles du troisième bataillon de la Côte-d'Or.
Originaire de Corrèze mais installé dans le petit village de Spoy, en Bourgogne, Amédée laisse aussi à sa veuve un petit empire industriel, l'ancienne maison Bargy Frères, qui comprend l'usine du Chinois, fondée en 1835 - dont la rue homonyme sera baptisée Amédée-Bargy de 1911 à 1970 -, et l'usine du Foulon, qui date de 1859. Créées par son propre père avec des grossistes en bestiaux, ces deux entités se sont consacrées pendant longtemps à la fabrication de produits chimiques à partir de carcasses d'animaux, avant de se spécialiser dans la confection de colles fortes pour apprêts. Mais en cette fin du XIXe siècle, la société bien-pensante ne voit pas d'un bon oeil une femme porter la culotte de chef d'entreprise et la rapacité de ses concurrents, ligués contre elle, contraint la veuve Bargy à jeter l'éponge. D'autant qu'elle ne peut compter sur ses deux fils aînés, Henry et Fernand. L'un et l'autre ayant moins hérité de leur regretté père son esprit d'entreprise que son talent reconnu de tribun, ils ont décidé de partir parcourir le vaste monde (Henry aux États-Unis puis au Mexique, Fernand en Algérie). Son mari a beau être enterré à Spoy, Marie n'a plus rien à y faire : elle revend donc le château acquis par les Bargy en 1866. Il faut dire que la famille n'a quasiment jamais habité cette imposante bâtisse très «Ancien Régime» si peu conforme aux idées progressistes d'Amédée, avec sa tourelle dont la cloche servait à sonner le personnel à l'heure de la soupe. Autres temps, autres moeurs...

Voir le site internet de l'éditeur Robert Laffont

Edition de poche

Bernard Blier : Un homme façon puzzle

Bernard Blier (2014)

Un homme façon puzzle

de Jean-Philippe Guerand

Editeur : Robert Laffont

Sujet : Acteur > Bernard Blier

> Du même auteur :

> Sur un thème proche :

Nota : Un livre sur fond légèrement grisé est un livre qui n'est plus actuellement édité ou qui peut être difficile à trouver en librairie. Le prix mentionné est celui de l'ouvrage à sa sortie, le prix sur le marché de l'occasion peut être très différent.

14299 livres recensés   •   (c)2014-2020  Livres-Cinema.info   •