MENU   

« Le cinéma dans le sang »

Couverture du livre Le cinéma dans le sang par Bertrand Tavernier et Noël Simsolo

AmazonRakuten/PriceMinister
Amazon

de Bertrand Tavernier et Noël Simsolo

Type
Entretiens et Interviews
Sujet
RéalisateurBertrand Tavernier
Mots Clés
Bertrand Tavernier, réalisateur, entretiens
Année d'édition
2011 (épuisé ou diffusion restreinte)
Editeur
Ecriture
Collection
Essais et entretiens
Langue
français
Taille d'un livre de poche 11x18cmTaille relative de ce livreTaille d'un grand livre (29x22cm)
Taille du livre
Format
Broché • 320 pages • 21,30 €
14 x 22,5 cm
Egalement disponible en format eBook.
ISBN
978-2-35905-036-3
Appréciation
3 étoiles (1 vote)

Moyenne des votes : 3 étoiles

0 vote 1 étoile = On peut s'en passer
0 vote 2 étoiles = Bon livre
1 vote 3 étoiles = Excellent livre
0 vote 4 étoiles = Unique / une référence

Votre appréciation :

Description de l'ouvrage :
Dans la constellation des passionnés de cinéma devenus metteurs en scène, Bertrand Tavernier se distingue par la persistance d'une cinéphilie qui ne l'aveugle pas et un désir de comprendre les réalités du monde, passant de la fiction au documentaire avec une égale curiosité qui le rend inclassable... Érudit, révolté par les injustices et interrogeant sans cesse son art, cet agitateur d'idées est aussi un spectateur insatiable, toujours au service des auteurs. Scénariste et cinéaste (Le Juge et l'Assassin, Coup de torchon, La Vie et rien d'autre, Capitaine Conan, Ça commence aujourd'hui...), il a marqué un demi-siècle de cinéma. Il se raconte, évoquant sa famille, ses films et ses grandes rencontres : Aragon, Sautet, Schlöndorff, Melville, Chabrol, Godard, Rohmer, Rivette, Ford, Walsh, Aurenche, Soupault, Eastwood, Scorsese, Tarentino, Huppert, Noiret et bien d'autres...

Biographie de l'auteur :
Bertrand Tavernier est né à Lyon en 1941. Attaché de presse, il tourne en 1973 son premier long métrage, L'Horloger de Saint-Paul, d'après Simenon. Les César du meilleur réalisateur et du meilleur scénario récompensent Que la fête commence (1976). Suivront, notamment, Le Juge et l'Assassin, Autour de minuit, L'Appât, Capitaine Conan et Dans la brume électrique. Auteur de documentaires (Philippe Soupault, La Guerre sans nom), président de l'Institut Lumière, il est aussi un infatigable historien du cinéma. Noël Simsolo, né en 1944, est réalisateur, comédien, scénariste et romancier. On lui doit des ouvrages sur Fuller, Leone et Eastwood. Ecriture a publié ses entretiens avec Jean Vautrin.

Extrait :
Province nourricière. - Souvenirs de prime enfance. - Victor Hugo. - À l'ombre des persiennes. - Gabriel Chevalier. - Le goût du secret. - La pingrerie. - M. Brémond du Progrès. - Tout est double à Lyon. - Charles Mérieux.

NOËL SIMSOLO : Vous êtes lyonnais. Plusieurs de vos films se déroulent dans cette ville, mais pas tous... Pourtant, Lyon est récurrent dans votre oeuvre cinématographique...

BERTRAND TAVERNIER : Un jour que je me trouvais face à François Mitterrand, à l'Élysée, avec Jane Birkin, Jean-Paul Rappeneau et Raymond Depardon, ce dernier m'a dit qu'il ne me considérait pas comme un cinéaste français mais lyonnais, et que Lyon était même présent dans mes films tournés dans d'autres endroits. Il m'a précisé encore que l'esprit de Lyon était sensible dans les rapports entre mes personnages, ma manière de choisir des décors et aussi de privilégier certaines attitudes. Cette particularité se retrouve chez d'autres cinéastes provinciaux, Marcel Pagnol, mais aussi Claude Chabrol, dont tous les films sont imprégnés de provincialité. Claude était le contraire d'un cinéaste parisien. Et il y a beaucoup de réalisateurs dans ce cas, plus qu'on ne le pense... Ils expriment à leur manière une sensibilité influencée par l'endroit où ils sont nés et ont passé toute leur enfance...
C'est vrai, Lyon est une ville qui m'a marqué pour la vie. J'y suis né le 25 avril 1941 et nombre de choses m'en sont restées. En 1988, j'ai tourné un documentaire sur cette ville et aussi sur mon père. J'y raconte un souvenir d'enfance, l'entrée des Américains dans Lyon ; ça se traduisait par des fusées dans le ciel. Mes parents m'avaient fait monter sur la terrasse de notre maison, à Montchat, pour que je puisse voir les traînées éclairantes dans l'après-midi. Pourquoi les Américains avaient-ils besoin de lancer des fusées ? Était-ce par volonté de prouver qu'ils avaient conquis la ville et de le faire savoir à la banlieue lyonnaise et aux bourgades des alentours ? C'est possible. Ou bien était-ce leur manière de célébrer leur victoire ? Je l'ignore, mais ce souvenir reste vif, avec toutes ces lumières qui ressemblaient à un feu d'artifice...

- Vous avez d'autres souvenirs de votre petite enfance lyonnaise ?

- Oui : comment nous fûmes transbahutés dans une cave située dans le jardin, pour éviter un bombardement... Des bruits d'explosions aussi... Sabotage, échos de la libération de Lyon, je ne puis le dire. Mais c'était impressionnant pour un gosse...
Je me souviens aussi du jardin de notre maison, des lapins élevés par le gardien. J'aimais les nourrir de brins d'herbe... Il y a encore les escaliers qui dominent Montchat et, sur la gauche, d'autres jardins au-delà de notre maison, des jardins ouvriers, un terme qui me faisait rêver ; de l'autre côté, il y avait Le Vinatier, un asile de fous, comme on disait alors, qui avait ses champs et ses vaches. Chaque fois que je faisais un caprice, on me menaçait, si je n'étais pas sage, de m'enfermer au Vinatier. On ajoutait que les fous hurlaient les soirs d'orage et que leurs cris passaient par-dessus le mur, ce qui me terrifiait. C'est une réplique qui figure dans Le Juge et l'Assassin. J'ai appris plus tard que les Allemands et les autorités de Vichy avaient affamé ces fous pour les exterminer.
Autrement, j'étais un enfant assez solitaire... Il paraît que, lorsque j'avais quatre ans, je pleurais quand on me lisait les poèmes de Victor Hugo sur la retraite de Russie :

Il neigeait. On était vaincu par sa conquête.
Pour la première fois, l'aigle baissait la tête.

Plus tard, nous avons habité chez ma grand-mère maternelle qui possédait une collection de livres de la «Bibliothèque rose» et des ouvrages de Jules Verne. Je lisais déjà et j'ai d'abord dévoré les romans de la comtesse de Ségur. Mais c'est après la maison de Montchat...

(...)

Voir le site internet de l'éditeur Ecriture

> Des mêmes auteurs :

Patrick Dewaere: À part ça la vie est belle

Patrick Dewaere (2021)

À part ça la vie est belle

de LF Bollée, Maran Hrachyan et Noël Simsolo

Sujet : Acteur > Patrick Dewaere

Paroles de cinéma : Nouvelles vagues

Paroles de cinéma (2020)

Nouvelles vagues

de Noël Simsolo

Sujet : Réalisateur

Alfred Hitchcock:Tome 1: L'Homme de Londres

Alfred Hitchcock (2019)

Tome 1: L'Homme de Londres

de Noël Simsolo et Dominique Hé

Sujet : Réalisateur > Alfred Hitchcock

Amis américains : Entretiens avec les grands auteurs d'Hollywood

Amis américains (2019)

Entretiens avec les grands auteurs d'Hollywood

de Bertrand Tavernier

Sujet : Réalisateur

La Princesse de Montpensier: suivi de Histoire de la Princesse de Montpensier

La Princesse de Montpensier (2010)

suivi de Histoire de la Princesse de Montpensier

de Bertrand Tavernier et Madame de Lafayette

Sujet : Un Film > La Princesse de Montpensier

Clint Eastwood: Un passeur à Hollywood

Clint Eastwood (2006)

Un passeur à Hollywood

de Noël Simsolo

Sujet : Réalisateur > Clint Eastwood

Le Film Noir: Vrais et faux cauchemars

Le Film Noir (2005)

Vrais et faux cauchemars

de Noël Simsolo

Sujet : Genre > Policier

Il était une fois, Samuel Fuller: Entretiens avec Jean Narboni et Noël Simsolo

Il était une fois, Samuel Fuller (1990)

Entretiens avec Jean Narboni et Noël Simsolo

de Jean Narboni, Noël Simsolo et Samuel Fuller

Sujet : Réalisateur > Samuel Fuller

> Sur un thème proche :

Nota : Un livre sur fond légèrement grisé est un livre qui n'est plus actuellement édité ou qui peut être difficile à trouver en librairie. Le prix mentionné est celui de l'ouvrage à sa sortie, le prix sur le marché de l'occasion peut être très différent.
Un livre sur fond de couleur beige est un livre est un livre édité en langue anglaise.

14749 livres recensés   •   (c)2014-2020  Livres-Cinema.info   •