MENU   

« Marie Trintignant - Bertrand Cantat »

l'amour à mort

Couverture du livre Marie Trintignant - Bertrand Cantat par Stéphane Bouchet et Frédéric Vézard

AmazonFnac
Rakuten/PriceMinister
Amazon

de Stéphane Bouchet et Frédéric Vézard

Type
Récits
Sujet
ActeurMarie Trintignant
Mots Clés
Marie Trintignant
Année d'édition
2013
Editeur
L'Archipel
Collection
Politique, idée, société
Langue
français
Taille d'un livre de poche 11x18cmTaille relative de ce livreTaille d'un grand livre (29x22cm)
Taille du livre
Format
Broché • 320 pages • 19,95 €
14 x 22,5 cm
Egalement disponible en format eBook.
ISBN
978-2-8098-1238-1
Appréciation
pas d'appréciation (0 vote)

Moyenne des votes : pas d'appréciation

0 vote 1 étoile = On peut s'en passer
0 vote 2 étoiles = Bon livre
0 vote 3 étoiles = Excellent livre
0 vote 4 étoiles = Unique / une référence

Votre appréciation :

Signaler des informations incorrectes ou incomplètes

Description de l'ouvrage :
Samedi 26 juillet 2003. Alors que Marie Trintignant séjourne en Lituanie pour le tournage du téléfilm Colette, une femme libre, une dispute éclate avec l'homme qui partage sa vie depuis 18 mois, le chanteur Bertrand Cantat. Le ton monte, les coups pleuvent. À la quatrième gifle, Marie s'effondre. Le 1er août, transportée à Paris, elle meurt. Le leader du groupe Noir Désir est incarcéré, en Lituanie puis en France. Il est libéré pour bonne conduite en 2007. Pour restituer les faits, Stéphane Bouchet et Frédéric Vézard évoquent la relation quasi fusionnelle du couple, la personnalité de Marie Trintignant et de sa mère, Nadine, et les rebondissements du dossier : la dissolution du groupe, les suicides de Kristina Rady (2010) et d'Olivier Metzner (2013), épouse et avocat de Bertrand Cantat. Ils ont eu accès aux pièces du dossier - comptes rendus d'auditions et interrogatoires des témoins clés -, se sont appuyés sur des témoignages recueillis tant en France qu';en Lituanie - proches, magistrats, avocats... -; ainsi que sur les enquêtes de la police lituanienne et de la brigade criminelle de Paris pour reconstituer l'enchaînement fatal.

Revue de Presse :
Pourquoi l'ex-femme de Bertrand Cantat s'est-elle suicidée ? Deux journalistes, Stéphane Bouchet et Frédéric Vézard, se sont penchés sur cette énigme dans leur livre Bertrand Cantat-Marie Trintignant. L'amour à mort. Ils reviennent sur le «drame de Vilnius», à savoir le décès de l'actrice Marie Trintignant, battue par l'ancien leader de Noir Désir, en Lituanie, en 2003. Mais les auteurs s'attardent également sur les raisons du suicide par pendaison de l'ancienne épouse de Cantat, Kristina Rady, en 2010. (Mathilde Cesbron - Le Figaro du 27 juin 2013)

Extrait :
Extrait de l'avant-propos

Bertrand Cantat est-il mort à Vilnius ?
«Mort à Vilnius»... Trois mots qui composaient le titre de la première édition de cette enquête, sortie en librairie début mars 2004. C'était sept mois après la disparition de Marie Trintignant, juste avant l'ouverture du procès qui vit son amant, Bertrand Cantat, condamné à huit ans de prison par la justice lituanienne. Les deux camps - celui de la victime comme celui de l'accusé -affûtaient alors leurs stratégies à l'approche de cette échéance capitale. Par médias interposés, les uns et les autres décochaient leurs flèches, livrant un avant-goût de cette audience que l'opinion publique attendait comme le moment de vérité.
En ce printemps 2004, alors que le clan Trintignant s'acharnait à dresser de Bertrand Cantat l'image d'un homme brutal, d'un récidiviste des violences conjugales, la partie adverse s'aventurait sur un terrain glissant, salissant la mémoire de l'actrice disparue. Certains n'hésitaient pas à en faire une femme invivable dont le comportement «hystérique» aurait poussé Cantat à commettre l'irréparable. Deux portraits sans nuance, qui n'ont pas résisté à l'épreuve du procès, balayés par la réalité des éléments d'enquête.
Dix longues années ont passé depuis les étouffantes journées de Vilnius. De l'antique maison d'arrêt de Lukiskiu, au coeur de Vilnius, au centre pénitentiaire de Muret, près de Toulouse, la star déchue du rock français aura purgé au total quatre années et deux mois de détention. Aujourd'hui, à presque cinquante ans, l'ex-chanteur de Noir Désir est redevenu un homme libre. Judiciairement, il a payé ses dettes, toutes ses dettes. À la société, mais aussi aux parties civiles, notamment deux des quatre enfants de Marie Trintignant, qu'il a dû indemniser financièrement. L'ex-prisonnier Cantat Bertrand ne doit plus rien à personne.
Pourtant, personne n'a oublié cette tragédie survenue dans une lointaine république de l'ex-URSS, alors que sévissait en France un été caniculaire. Marie Trintignant, mère de famille et comédienne accomplie, plongée dans un coma irréversible à l'autre bout de l'Europe ! Et, derrière l'impensable, un nom, un seul, difficile à entendre sur le moment : celui de Bertrand Cantat, leader charismatique du groupe Noir Désir, intouchable icône d'un rock contestataire résolument marqué à gauche. Un chanteur adulé, accusé d'avoir battu à mort l'actrice qu'il aimait dans une chambre d'hôtel ! «En plein milieu de l'été, ce drame est venu imposer son soleil noir», écrivait le journaliste et romancier Pierre Vavasseur au lendemain du décès de Marie Trintignant. Il ignorait alors que ce «soleil noir» ne baisserait jamais d'intensité.
Au fil des ans, la nuit fatale de l'hôtel Domina Plaza a pris une tout autre dimension, plus dramatique encore. La mort de la comédienne a constitué le point de départ d'une sombre saga qui dure depuis une décennie. Si l'on se souvient encore de Vilnius et de son cortège de souffrances, il importe aussi de mesurer la violence des répliques de ce séisme. À commencer par l'autre tragédie de cette affaire : le suicide, à quarante et un ans, de Kristina Rady, épouse exemplaire et mère des deux enfants de Bertrand Cantat. La belle Hongroise - soutien sans faille de son mari, ce qui a fait d'elle la véritable héroïne de toute cette histoire - s'est pendue le 10 janvier 2010, dans sa maison de Bordeaux. Ce matin-là, Bertrand Cantat était endormi sous le même toit.
Kristina est l'autre victime du drame de Vilnius. Son suicide, notre enquête le démontre, constitue le deuxième acte d'une tragédie déclenchée dix ans auparavant, dans la chaleur de l'été lituanien. Deux femmes qui meurent. Un homicide, puis un suicide. Deux drames d'amour et de mort, autour d'un même personnage : Bertrand Cantat.
Pour expliquer la mort de Marie Trintignant, nous nous étions appuyés sur les diverses investigations judiciaires menées à l'époque dans les deux pays. Celles ordonnées après le suicide de Kristina Rady ont été beaucoup plus succinctes. Pour tenter de comprendre, nous avons donc rassemblé ici divers témoignages, certains publiés ces derniers mois, de manière éparse, dans la presse française. Tous sont accablants pour Bertrand Cantat.
Un suicide et des questions. Beaucoup de questions. Que penser des terribles accusations de la famille et du dernier amant de Kristina Rady ? Que dire du poignant message de détresse qu'elle a laissé à ses parents sur leur répondeur, en hongrois, six mois avant de commettre l'irréparable ? Quel a été l'impact de la disparition de Kristina sur le naufrage définitif de Noir Désir, en novembre 2010 ? Que s'est-il passé lors de cette soirée bordelaise où l'amitié de trente ans qui unissait ses membres a volé en éclats ?

Voir le site internet de l'éditeur L'Archipel

> Sur un thème proche :

Nota : Un livre sur fond légèrement grisé est un livre qui n'est plus actuellement édité ou qui peut être difficile à trouver en librairie. Le prix mentionné est celui de l'ouvrage à sa sortie, le prix sur le marché de l'occasion peut être très différent.

18343 livres recensés   •   (c)2014-2022  Livres-Cinema.info   •