MENU   

« L'homosexualité dans le cinéma français »

Couverture du livre L'homosexualité dans le cinéma français par Alain Brassart

AmazonFnac
PriceMinister

de Alain Brassart

Type
Etudes
Sujet
Sociologie
Mots Clés
homosexualité, sociologie
Année d'édition
2007
Editeur
Nouveau Monde
Collection
Cinéma Luxe
Langue
français
Taille d'un livre de poche 11x18cmTaille relative de ce livreTaille d'un grand livre (29x22cm)
Taille du livre
Format
Broché • 347 pages • 23,00 €
14 x 23,5 cm
ISBN
978-2-84736-220-6
Appréciation
pas d'appréciation (0 vote)

Moyenne des votes : pas d'appréciation

0 vote 1 étoile = On peut s'en passer
0 vote 2 étoiles = Bon livre
0 vote 3 étoiles = Excellent livre
0 vote 4 étoiles = Unique / une référence

Votre appréciation :

Description de l'ouvrage :
Jusque dans les années 1950, l'homosexuel est peu repré­senté en France. Il faudra attendre la fin de la décennie suivante et l'émergence des mouvements de libération gays pour qu'ap­paraissent des personnages homosexuels au cinéma, souvent représentés sous les traits d'une caricature féminine, comme dans La Cage aux folles (E. Molinaro, 1976). À partir des années 1980, l'assouplissement des moeurs permet à des réalisateurs gays de porter à l'écran leurs réflexions sur leur place dans la société et de développer une esthétique singulière. L'Homme blessé (P. Chéreau, 1980), largement inspiré de l'univers de Jean Genêt, annonce un «cinéma d'auteur» qui va mettre en scène une «homosexualité noire» - de J'embrasse pas (A. Téchiné, 1991) à Wild Side (S. Lifshitz, 2004) -alors que le «cinéma populaire», à l'instar de Pédale douce (G.Aghion, 1996) ou de Chouchou (M. Allouache, 2002) ne cesse de réutiliser le stéréotype de la «folle». Cet essai a pour ambition d'analyser l'esthétique des repré­sentations cinématographiques des homosexuel(le)s dans les films français, et de décrypter l'imaginaire collectif de la société française. Mais cette approche ne se limite pas au thème de l'homosexualité et prend en compte les rapports sociaux et la (dé)construction de l'identité masculine. Alain Brassait est chargé de cours à l'Université de Lille III. Il a notamment collaboré au Dictionnaire du cinéma populaire français (Nouveau Monde éditions, 2004) et participe régulière­ment au Monde Diplomatique et à CinémAction. Son premier ouvrage, Les Jeunes premiers dans le cinéma français des années 60, éditions du Cerf, a été publié en 2004.

Biographie de l'auteur :
Alain Brassart est chargé de cours à l'Université de Lille III. Il a notamment collaboré au Dictionnaire du cinéma populaire français (Nouveau Monde éditions, 2004) et participe régulièrement au Monde Diplomatique et à CinémAction. Son premier ouvrage, Les Jeunes premiers dans le cinéma français des années 60, éditions du Cerf, a été publié en 2004.

Extrait :
Extrait de l'introduction :

Depuis l'adoption du Pacs en France, à l'aube du troisième millénaire, la visibilité plus grande des homosexuel(e)es (sur les plateaux de télévision, dans la publicité, au cinéma...) atteste une plus grande tolérance à leur égard, même si la question de l'homoparentalité en révèle les limites. Pourtant, il est toujours difficile aujourd'hui pour deux gays ou deux lesbiennes de se tenir par la main dans un espace public sans se faire insulter ou agresser, y compris à Paris. Les homosexuel(le)s sont aujourd'hui encore victimes d'actes ou de propos homophobes. Le 16 janvier 2004, dans le Pas-de-Calais, Sébastien Nouchet, du fait de son homosexualité, est insulté, agressé, aspergé d'un liquide inflammable avant d'être transformé en torche vivante. Quelques années plus tôt, en 1996, un sondage IFOP pour Le Monde révélait que 15% des Français continuaient à percevoir l'homosexualité comme «une perversion sexuelle à combattre».
De même que la misogynie est le symptôme d'une peur inconsciente de l'autre féminin (Rubin, 1977), l'homophobie peut également être interprétée comme l'expression d'une peur collective liée essentiellement à la construction de la masculinité au sein d'une société patriarcale ou viriarcale. Selon certaines enquêtes, les personnes interrogées reconnaissent avoir repéré des personnes homosexuelles dans la rue, non pas grâce à des gestes explicites mais en focalisant leur attention sur le non respect de certains codes culturels (choix du vêtement, gestes, tonalité de la voix, etc.). D'autre part, plus de 90% des personnes interrogées ne mentionnent que les homosexuels masculins (Welzer-Lang, 1994). L'image de l'homosexuel, véhiculée notamment par les médias et ancrée au fond de chacun de nous, est encore trop souvent une image stéréotypée : celle de la «folle» aux vêtements excentriques, aux gestes excessifs, à la voix suraiguë, comme en témoignent certaines représentations cinématographiques (voir, par exemple, Chouchou d'Allouache, 2002).

Voir le site internet de l'éditeur Nouveau Monde

> Du même auteur :

L'Intimité à l'écran : une histoire des représentations de la sexualité au cinéma

L'Intimité à l'écran (2017)

une histoire des représentations de la sexualité au cinéma

de Alain Brassart

Sujet : Sociologie

> Sur un thème proche :

Nota : Un livre sur fond légèrement grisé est un livre qui n'est plus actuellement édité ou qui peut être difficile à trouver en librairie. Le prix mentionné est celui de l'ouvrage à sa sortie, le prix sur le marché de l'occasion peut être très différent.

12779 livres recensés   •   (c)2014-2019  Livres-Cinema.info   •