MENU   

« Ce long chemin pour arriver jusqu'à toi »

Couverture du livre Ce long chemin pour arriver jusqu'à toi par Marie-Christine Barrault et Lionel Duroy

AmazonFnac
Rakuten/PriceMinister

de Marie-Christine Barrault et Lionel Duroy

Type
Autobiographies
Sujet
ActeurMarie-Christine Barrault
Mots Clés
Marie-Christine Barrault, actrice, Roger Vadim
Année d'édition
2010
Editeur
XO
Collection
(hors collection)
Langue
français
Taille d'un livre de poche 11x18cmTaille relative de ce livreTaille d'un grand livre (29x22cm)
Taille du livre
Format
Broché • 397 pages • 19,90 €
15 x 23 cm
ISBN
978-2-84563-482-4
Appréciation
pas d'appréciation (0 vote)

Moyenne des votes : pas d'appréciation

0 vote 1 étoile = On peut s'en passer
0 vote 2 étoiles = Bon livre
0 vote 3 étoiles = Excellent livre
0 vote 4 étoiles = Unique / une référence

Votre appréciation :

Signaler des informations incorrectes ou incomplètes

Description de l'ouvrage :
«Quel long chemin il m'a fallu parcourir pour arriver jusqu'à toi», glisse Marie Christine Barrault à l'oreille de Roger Vadim le jour de leur mariage. Un long chemin pour arriver à cet amour unique, profond, flamboyant, inépuisable... C'est ce chemin que Marie Christine Barrault raconte dans ces pages, des éblouissements de l'enfance à la découverte du théâtre, de ses premières amours à la rencontre avec Roger Vadim. La route d'une actrice portée vers les plus beaux textes du répertoire - Claudel, Rilke -, qui n'hésite pas à prendre des risques, toujours passionnée par une vocation qui l'habite tout entière. Lorsque sa route croise celle de Roger Vadim, elle a quarante ans passés et ne croit plus pouvoir tomber amoureuse. Il en a soixante et a aimé plus de femmes que n'importe qui. Eux qui ont chacun vécu leurs amours sans frein ni chaînes se lancent dans une nouvelle aventure, intense, inédite, exclusive, qui les transporte. La passion les unit jusqu'à la mort de Roger Vadim, il y a maintenant dix ans. Un récit bouleversant et lumineux...

Revue de Presse :
Ils se sont rencontrés à Cognac, en 1988, au Festival du film policier. Il avait 60 ans, elle en avait 44. Il avait aimé Bardot, Deneuve, Fonda. Elle avait aimé Toscan du Plantier, Claude Santelli et Michel Boisrond. Ils les avaient tous quittés. Ils avaient cessé de croire au grand amour, jusqu'à ce qu'il les reprenne et bouleverse leur destin. (Audrey Levy - Le Point du 11 novembre 2010 )

Extrait :
«Ma chérie,

«J'ai hésité à t'acheter des fleurs. Si j'avais pu les cueillir, je l'aurais fait. Mais celles du marchand sont trop officielles et polluées d'intermédiaires.
«Je n'ai qu'une peur, de n'avoir jamais assez dit ou écrit ta beauté, ton intelligence, ta bonté, avant de passer dans une autre dimension. De n'avoir jamais assez répété que tu m'as remis au monde et m'a offert les plus belles années de ma vie.
«C'était moins une !
«Il y a les gens du voyage, les gens de la guerre, nous sommes les enfants du miracle. Pas nantis d'écus, mais le cul est notre jardin. Dieu, qu'il fleurit joliment et passe aimablement les saisons.
«J'ai un P.-S. à cette lettre. Tu l'auras au réveillon de l'an 2000.
«Je t'aime,
«et t'embrasse de même,

«Vadim.»

Vadim datait rarement ses lettres, mais celle-ci l'est : 14 avril 1992.

Nous nous connaissions - et nous aimions - depuis quatre ans, jour pour jour, puisque dès le premier jour nous nous sommes aimés.
C'était à Cognac, notre rencontre, au mois d'avril 1988. Il avait soixante ans cette année-là, et moi je venais de fêter mes quarante-quatre ans. Lui comme moi avions cessé de croire au Grand Amour depuis pas mal de temps déjà. Il avait aimé Brigitte Bardot, Annette Stroyberg, Catherine Deneuve, Jane Fonda, Catherine Schneider (pour ne citer que les plus connues), et toutes l'avaient quitté. J'avais aimé de mon côté Daniel Toscan du Plantier, Claude Santelli, Michel Boisrond (et bien d'autres encore, plus furtivement) mais tous je les avais quittés. L'année de mes quarante ans, j'avais même dit à Jean Marboeuf que je me sentais désormais trop vieille pour l'amour (réplique qu'il avait aussitôt glissée dans le scénario du film que nous nous apprêtions à tourner - Vaudeville).
Cependant, Vadim et moi nous trompions : rien de ce que nous avions vécu l'un et l'autre ne ressemblait à ce que nous allions vivre ensemble. «Nous sommes les enfants du miracle», m'écrit-il dans cette lettre, n'en revenant pas de connaître enfin, à l'automne de sa vie, cette étonnante félicité. Et moi non plus je n'en reviens pas, relisant aujourd'hui, dix ans après sa mort, les centaines de mots d'amour qu'il m'a laissés, la plupart déposés au matin sur un coin de la table de nuit, ou de celle du petit déjeuner, d'autres jamais déposés ni postés et découverts bien plus tard au fond d'un de ses tiroirs.

Voir le site internet de l'éditeur XO

> Des mêmes auteurs :

> Sur un thème proche :

Nota : Un livre sur fond légèrement grisé est un livre qui n'est plus actuellement édité ou qui peut être difficile à trouver en librairie. Le prix mentionné est celui de l'ouvrage à sa sortie, le prix sur le marché de l'occasion peut être très différent.

18164 livres recensés   •   (c)2014-2022  Livres-Cinema.info   •