MENU   

« L'Attrait de la ruine »

Couverture du livre L'Attrait de la ruine par André Habib

AmazonFnac
PriceMinister

de André Habib

Type
Etudes
Sujet
TechniqueEcriture
Mots Clés
décors, mémoire, temps
Année d'édition
2011
Editeur
Yellow Now
Collection
Côté cinéma
Langue
français
Taille d'un livre de poche 11x18cmTaille relative de ce livreTaille d'un grand livre (29x22cm)
Taille du livre
Format
Broché • 95 pages • 9,70 €
12 x 17 cm
ISBN
978-2-87340-287-7
Appréciation
pas d'appréciation (0 vote)

Moyenne des votes : pas d'appréciation

0 vote 1 étoile = On peut s'en passer
0 vote 2 étoiles = Bon livre
0 vote 3 étoiles = Excellent livre
0 vote 4 étoiles = Unique / une référence

Votre appréciation :

Description de l'ouvrage :
D'où vient-il que la ruine au cinéma exerce un attrait.au point de vouloir lui consacrer du temps, un livre, et penser qu'un quelconque lecteur puisse vouloir y accorder son attention. Peut-être est-ce parce que la ruine, telle qu'elle s'incarne au cinéma, que ce soit comme décombres de guerre ou vestiges antiques, chantier désaffecté ou lambeau de pellicule rescapé, exacerbe ce lien mélancolique, quasi ontologique, qui nous attache au temps et à la mémoire du cinéma (c'est-à-dire, comme le dirait Daney, à «la promesse d'un monde») : présence d'une absence, insaisissable trop tard, toujours-déjà passé, en train de disparaître. Cet essai s'intéresse ainsi à décrire ces moments de cinéma où le temps, sous diverses modalités, apparaît de manière sensible, en tant qu'expérience. Ces pages décrivent moins une histoire en bonne et due forme de la ruine au cinéma, qu'un parcours subjectif de fragments disparates qui constitue un programme possible et très partiel de cet attrait.

Biographie de l'auteur :
André Habib est professeur au Département d'histoire de l'art et d'études cinématographiques de l'Université de Montréal. Il est depuis 2002 coéditeur de la revue électronique Hors champ. II a dirigé, avec Viva Paci, l'ouvrage collectif Chris Marker et l'imprimerie du regard (L'Harmattan, coll. " Esthétiques ", 2008), ainsi que, avec Michel Marie, l'Avenir de la mémoire : patrimoine, restauration, réemploi cinématographiques (Lille, Presses universitaires du Septentrion, 2011). Ses recherches récentes ont porté sur l'esthétique des ruines, l'archive, le cinéma expérimental et la cinéphilie.

Extrait :
D'où vient-il que la ruine - ici, la ruine au cinéma -exerce un attrait, au point de vouloir lui consacrer du temps, un livre, et penser qu'un quelconque lecteur puisse vouloir y accorder son attention ?
Je dois sans doute commencer par admettre que la présence des ruines «réelles» ne m'a jamais procuré qu'un intérêt vague, commun, touristique. Aucune épiphanie particulière devant les ruines de Pompéi, de Louxor, de Rome, et encore moins devant les édifices écroulés, souvent à peine centenaires, de la ville des Amériques que j'habite. Non, point de rêverie solitaire à l'ombre d'une colonne échancrée par l'usure des ans, d'un sphynx décapité, d'une muraille crevée, tressée de vignes pugnaces. Je n'ai pas la trempe d'un «globe-trotter de la ruine» (malgré mon admiration pour les Maxime Du Camp, les Rose Macaulay, les Bernd et Hilla Bêcher).
La ruine qui m'émeut sera toujours celle qui fait figure (intentionnellement ou non) : une même ruine dont la présence me laisserait indifférent, une fois peinte, photographiée, décrite, filmée - cela dépend de quel tableau, film, roman, photo -, ouvre en moi un espace imaginaire, ou plutôt, et pour être plus juste, un temps imaginaire, que je mobilise depuis le lieu où je suis (une salle de cinéma, un musée ou mon salon). La Vue imaginaire de la Grande Galerie du Louvre en ruines de Hubert Robert, le portrait de l'Allemagne dévastée que dessine Stig Dagerman dans son Automne allemand, tout comme les premiers plans d'Allemagne année zéro de Rossellini, les vues de ruines de Berlin Express de Tourneur, un calotype de Pompéi de la fin du XIXe siècle, ou encore la marque des décompositions qui affolent de girations colorées un fragment de film teinté de la Belle Époque, voilà autant de modalités d'une mise en mouvement et d'une apparition du temps qui fondent pour moi ce «secret attrait» des ruines, comme s'il fallait, nécessairement, un redoublement de ce temps, consigné dans les vestiges ou les décombres, par le temps de la représentation (son hasard, son accident, sa déchirure), pour que «ça me regarde», pour que j'en sois, pour qu'il en aille aussi de mon appartenance au temps et au monde, autrement dit, du sentiment poignant de ma brève existence. Cette photographie, ce tableau, ce fragment de texte ou de film, me permettent de retrouver un temps passé à travers une conscience de l'histoire qui m'en sépare, au présent.
Ce temps passé qui me concerne et m'affecte résume tout particulièrement la relation mélancolique que j'entretiens - et je dirai que nombre de cinéphiles entretiennent - avec le cinéma en général, pour autant que le film parvienne à faire éprouver un temps propre, suffisamment distant du mien, qui me fait entrer «dans le temps lui-même». A la suite de Jean Louis Schefer, je rappellerai que «le cinéma est la seule expérience dans laquelle le temps m'est donné comme une perception.» En effet, la texture spécifique du son d'une époque (chez Renoir, chez Mizoguchi), d'un accent (chez Ford, chez Bresson), une lumière (chez Vigo, Dreyer, Bergman, Pasolini), le froissement du vent dans un arbre (chez Lumière, Rossellini, chez Straub-Huillet et les autres), voilà autant de détails, souvent accidentels, dans la périphérie ou en excès du drame joué, de l'action ou de l'anecdote, qui engendrent cette sensation de présence d'un lointain, l'expérience d'un temps que je ne peux avoir vécu.

Voir le site internet de l'éditeur Yellow Now

> Du même auteur :

L'avenir de la mémoire : Patrimoine, restauration et réemploi cinématographiques

L'avenir de la mémoire (2013)

Patrimoine, restauration et réemploi cinématographiques

Collectif dir. Michel Marie et André Habib

Sujet : Histoire du cinéma

> Sur un thème proche :

Tout ce que le ciel permet :en cinéma, photographie, peinture et vidéo

Tout ce que le ciel permet (2015)

en cinéma, photographie, peinture et vidéo

Collectif dir. Bruno Nassim Aboudrar et Barbara Le Maître

Sujet : Technique > Esthétisme

Filmer le passé: Les traces de la mémoire, suivi de 'No pasaran ! Album souvenir' (scénario)

Filmer le passé (2003)

Les traces de la mémoire, suivi de 'No pasaran ! Album souvenir' (scénario)

Collectif

Sujet : Genre > Documentaire

Les Lignes du 7e art:Histoires de cinéma à la RATP

Les Lignes du 7e art (2019)

Histoires de cinéma à la RATP

Collectif

Sujet : Technique > Décors

Sur le port

Sur le port (2017)

Collectif dir. René Prédal

Sujet : Technique > Décors

Peindre pour le cinéma:Une histoire du Matte Painting

Peindre pour le cinéma (2016)

Une histoire du Matte Painting

de Réjane Hamus-Vallée

Sujet : Technique > Décors

Ville et cinéma : Espaces de projection, espaces urbains

Ville et cinéma (2016)

Espaces de projection, espaces urbains

Collectif dir. Irène Bessière

Sujet : Technique > Décors

Nota : Un livre sur fond légèrement grisé est un livre qui n'est plus actuellement édité ou qui peut être difficile à trouver en librairie. Le prix mentionné est celui de l'ouvrage à sa sortie, le prix sur le marché de l'occasion peut être très différent.

13566 livres recensés   •   (c)2014-2019  Livres-Cinema.info   •