MENU   

« Passage du cinéma, 4992 »

Couverture du livre Passage du cinéma, 4992 par Annick Bouleau

AmazonFnac
Rakuten/PriceMinister

de Annick Bouleau

Type
Dictionnaires
Sujet
Généralités
Mots Clés
dictionnaire, citations, entretiens
Année d'édition
2013
Editeur
Ansedonia
Collection
(hors collection)
Langue
français
Taille d'un livre de poche 11x18cmTaille relative de ce livreTaille d'un grand livre (29x22cm)
Taille du livre
Format
Broché • 990 pages • 35 €
16,5 x 24 cm
ISBN
978-2-9544708-0-1
Appréciation
pas d'appréciation (0 vote)

Moyenne des votes : pas d'appréciation

0 vote 1 étoile = On peut s'en passer
0 vote 2 étoiles = Bon livre
0 vote 3 étoiles = Excellent livre
0 vote 4 étoiles = Unique / une référence

Votre appréciation :

Description de l'ouvrage :
Ce livre est un montage composé de 4992 fragments issus de revues françaises consacrées ou concernées par le cinéma depuis la fin du XIXe siècle jusqu'à l'aube du XXIe.

Ces fragments, méticuleusement référencés et numérotés, sont essentiellement des paroles vives, des propos de représentants de la corporation cinématographique : techniciens, industriels, producteurs, exploitants, cinéastes, acteurs…
Mais on y trouve aussi des extraits de lois, de discours, de comptes rendus de conseils d'administration, de publicité…

Des fragments d'expériences concrètes liées au cinéma qui deviennent souvent des fragments d'expériences de vie. Et dans cette multitude d'histoires singulières, on peut entrevoir — du point de vue particulier véhiculé par les revues consultées — les contours d'un siècle sous plus d'un aspect (sociologique, politique, économique, esthétique…)

Un ouvrage qui a pris son temps pour trouver sa forme : de la lecture au choix des extraits pour arriver au montage, porteur de sens, support de récits, forcément anachronique, des 4992 fragments retenus dont chacun a été travaillé comme un plan de cinéma (coupe in, coupe out).

Le montage de Passage du cinéma, 4992 s'articule autour d'un abécédaire où se superposent des termes du vocabulaire cinématographique, mais pas seulement (ainsi : “abandon”, “nuque”, “vie quotidienne”, “instant fatal”, “une fois pour toujours”, “moi je”, …). Un système de renvois (des “mots-passerelles”) suggère d'autres parcours de lecture.

La mise en forme, qui à la fois autorise une lecture linéaire (de A à Z) et une lecture tabulaire (par fragments, par blocs de fragments, par mots d'entrée de l'abécédaire, …) permet au livre d'échapper au seul didactisme, même si son caractère pédagogique est indéniable et revendiqué.

Quatrième de couverture :
Une forme s'est mise à apparaître.
Une forme composée, au bout du compte, de 4992 fragments d'écriture travaillés chacun comme un plan de cinéma à la table de montage : la délicate opération de la coupe (cut) in et de la coupe out pour construire le film. Ici, le livre.
Pendant une dizaine d'années j'ai lu un grand nombre de revues — consacrées au — ou concernées par — le cinéma, depuis son acte de naissance (1895) jusqu'à l'aube du nouveau siècle (2000). Lecture qui s'est faite écoute : jetant mon dévolu sur les propos notés, rapportés ou enregistrés (au gré des époques) et finalement imprimés, de représentants du monde professionnel cinématographique (techniciens, industriels, producteurs, exploitants, cinéastes, acteurs…)
De ces flux de paroles devenus blocs d'écriture, j'ai élu, retenu 4992 fragments retranscrits et numérotés, méticuleusement.
La lectrice se fait scribe.
Une autre décennie a été nécessaire pour assembler, ordonner, relier, modeler, façonner-fictionner ces fragments tout autour d'un abécédaire personnel. Une volumineuse matière plastique devenue un unique long ruban plié en double colonne sur les pages de ce livre.
Scribe, je me fais monteuse et plasticienne.
Suivant quel(s) récit(s) ? Au service de quelle(s) histoire(s) ?
Depuis le lieu de la lecture, Passage du cinéma, 4992 donne à imaginer ces voix singulières, ces corps uniques, initiateurs de récits, de savoirs et d'histoires qui nourrissent l'Histoire, échafaudant ainsi une grande pièce montée anachronique.
Chaque fois qu'il ouvrira le livre, en tournant les pages vers l'avant comme vers l'arrière, le lecteur activera la cadence : pour d'autres montages, d'autres formes, d'autres rythmes. À lui de deviner sa propre guise.

Biographie de l'auteur :
Depuis les années 80, Annick Bouleau développe une recherche non académique et questionne l'image cinématographique en prenant appui sur une pratique de la réalisation (filmage et montage), ainsi que sur une pratique pédagogique.
Passage du cinéma, 4992 est l'un des effets de cette recherche, né à l'occasion d'un atelier de réalisation à l'université Lumière Lyon 2 (1990-1992).
L'usage du fragment comme outil de pensée se retrouve dans ses prises/bribes de notes du séminaire du médecin psychiatre Jean Oury à l'hôpital Sainte-Anne, dont cinq années sont actuellement disponibles sur le site Ouvrir le cinéma créé au début des années 2000, en accompagnement des travaux du groupe de recherche (2000-2004) portant le même nom.

Lien externe :
http://www.ouvrirlecinema.org/ansedonia/edition.html

Voir le site internet de l'éditeur Ansedonia

> Sur un thème proche :

Nota : Un livre sur fond légèrement grisé est un livre qui n'est plus actuellement édité ou qui peut être difficile à trouver en librairie. Le prix mentionné est celui de l'ouvrage à sa sortie, le prix sur le marché de l'occasion peut être très différent.

15293 livres recensés   •   (c)2014-2021  Livres-Cinema.info   •