MENU   

« Proust-Visconti »

Histoire d'une affinité élective

Couverture du livre Proust-Visconti par Florence Colombani

AmazonFnac
Rakuten/PriceMinister

de Florence Colombani

Type
Etudes
Sujet
RéalisateurLuchino Visconti
Mots Clés
Luchino Visconti, littérature
Année d'édition
2006
Editeur
Philippe Rey
Collection
Document
Langue
français
Taille d'un livre de poche 11x18cmTaille relative de ce livreTaille d'un grand livre (29x22cm)
Taille du livre
Format
Broché • 170 pages • 16,00 €
14,5 x 22 cm
ISBN
978-2-84876-069-8
Appréciation
pas d'appréciation (0 vote)

Moyenne des votes : pas d'appréciation

0 vote 1 étoile = On peut s'en passer
0 vote 2 étoiles = Bon livre
0 vote 3 étoiles = Excellent livre
0 vote 4 étoiles = Unique / une référence

Votre appréciation :

Description de l'ouvrage :
Luchino Visconti a rêvé toute sa vie d'adapter A la Recherche du temps perdu, sans jamais passer à l'acte, par superstition peut-être ou par manque de temps - ce temps de la maladie et de la mort qui avait bien failli coûter son oeuvre à Proust et qui contraignit Visconti à renoncer à son projet le plus cher. Une étonnante proximité s'établit à travers les années entre l'écrivain et le cinéaste. Né en 1906, soit sept ans avant la parution de Du côté de chez Swann, le comte Luchino Visconti di Modrone est un authentique Guermantes, héritier d'une famille qui tint la seigneurie de Milan pendant deux siècles, y fit bâtir la cathédrale, et joua un rôle essentiel dans l'histoire de l'opéra le plus célèbre du monde, le Teatro alla Scala. Mais on décèle surtout une forte parenté dans les thèmes communs à Proust et à Visconti : la rêverie autour d'une enfance mythifiée, la peinture d'un monde au bord du gouffre, la passion de Venise, la «race maudite» des invertis... Toute sa vie, le cinéaste sera hanté par l'oeuvre proustienne, et par ses personnages. Et toute sa vie, il ne cessera de la mettre en scène. Il transpose la relation entre Charlus et Morel dans Senso, recrée la plage de Balbec dans Mort à Venise, fait entendre la sonate de Vinteuil dans Sandra, exalte Wagner dans Ludwig, reconstitue le salon Verdurin dans L'Innocent... Le film A la Recherche du temps perdu de Visconti n'existe pas, mais son fantôme traverse ses chefs-d'oeuvre, obstinément fidèles à ce fameux, et magnifique, «sentiment proustien». Ce que nous offre là Visconti - une relecture, une réinvention de Proust -, n'est-il pas infiniment plus précieux qu'une adaptation littérale ? Florence Colombani a publié Elia Kazan, une Amérique du doaos (Philippe Rey, 2004). Critique cinématographique, elle est aussi la réalisatrice d'un long métrage, L'Etrange (sortie en 2007).

Biographie de l'auteur :
Florence Colombani a publié Elia Kazan, une Amérique du chaos (2004). Critique cinématographique, elle est aussi la réalisatrice d'un long métrage, L'Étrangère (sortie en 2007).

Extrait :
Extrait de l'introduction :

Autour d'un film fantôme

L'histoire du cinéma abonde en projets inaboutis, en films annulés et scénarios restés lettre morte. Greta Garbo tenta d'être La Duchesse de Langeais, et Marilyn Monroe la Grouchenka des Frères Karamazov. Joseph L. Mankiewicz voulait transformer Audrey Hepburn en Aiglon, et Louis Malle raconter la vie de Marlène Dietrich. Toute sa vie, Federico Fellini a réfléchi au Voyage de Mastorna, où Marcello Mastroianni aurait joué un mort se promenant dans l'au-delà. Depuis des années, David Lynch espère adapter La Métamorphose. On raconte souvent comment Stanley Kubrick prépara un mirifique Napoléon, accumulant des années durant, avec une minutie devenue légendaire, une documentation prodigieuse, réalisant des maquettes des grandes batailles impériales, débattant du choix d'un acteur - Al Pacino ou Jack Nicholson ? Or ce Napoléon qu'il n'a pas tourné, Kubrick n'a jamais cessé de le porter en lui, au point que l'on en retrouve la trace jusque dans les batailles de Barry Lyndon (1975) et les angoisses sexuelles du héros d'Eyes Wide Shut (1999). Car c'est bien le propre du film fantôme que de désigner «ce qui, faute d'avoir été exprimé là, s'est trouvé réinvesti ailleurs».
Ce qui aurait dû s'exprimer dans cet autre film fantôme, À la recherche du temps perdu porté à l'écran par Luchino Visconti, nous sommes nombreux à en avoir rêvé, à penser, comme Antoine Compagnon, que «le metteur en scène de Senso, du Guépard ou de L'Innocent (d'après D'Annunzio) eût probablement mieux tenu à l'équivoque de l'oeuvre de Proust, à cheval entre deux siècles» que les cinéastes qui se sont essayés à l'exercice périlleux de l'adaptation de Proust. Cette fascination s'explique en partie par la distribution, qui promettait d'être prestigieuse. Marlon Brando aurait joué le baron de Charlus, un choix qui ne surprit que ceux qui igno­raient le génie de l'acteur, ou négligeaient la métamorphose du cow-boy Burt Lancaster en prince sicilien dans Le Guépard.

Voir le site internet de l'éditeur Philippe Rey

> Du même auteur :

> Sur un thème proche :

Nota : Un livre sur fond légèrement grisé est un livre qui n'est plus actuellement édité ou qui peut être difficile à trouver en librairie. Le prix mentionné est celui de l'ouvrage à sa sortie, le prix sur le marché de l'occasion peut être très différent.

14396 livres recensés   •   (c)2014-2020  Livres-Cinema.info   •