MENU   

« Au creux des heures »

De Mrs Dalloway à The Hours

Couverture du livre Au creux des heures par Laure Becdelièvre

AmazonFnac
Rakuten/PriceMinister

de Laure Becdelièvre

Type
Etudes
Sujet
Un FilmThe Hours
Mots Clés
Stephen Daldry, roman adapté, analyse
Année d'édition
2012
Editeur
Editions de la Transparence
Collection
Cf
Langue
français
Taille d'un livre de poche 11x18cmTaille relative de ce livreTaille d'un grand livre (29x22cm)
Taille du livre
Format
Broché • 283 pages • 28,40 €
17 x 21 cm
ISBN
978-2-35051-069-9
Appréciation
pas d'appréciation (0 vote)

Moyenne des votes : pas d'appréciation

0 vote 1 étoile = On peut s'en passer
0 vote 2 étoiles = Bon livre
0 vote 3 étoiles = Excellent livre
0 vote 4 étoiles = Unique / une référence

Votre appréciation :

Description de l'ouvrage :
Le point de départ de cet essai est une fascination pour le magnifique film de Stephen Daldry sorti en 2002, The Hours, qui réunit trois héroïnes incarnées par Nicole Kidman, Julianne Moore et Meryl Streep. Le film est adapté du livre éponyme de Michael Cunningham, qui lui-même s'inspire du chef-d'œuvre de Virginia Woolf, Mrs Dalloway. En résumé, trois femmes, à des époques différentes (années 1920, 1950 et 2000), vivent une journée cruciale de leur existence placée sous le signe de la romancière Virgina Woolf ; une filiation est créée entre ces femmes qui devront, comme la romancière suicidée, faire un choix de vie. La réussite du film (9 nominations aux Oscars, dont celle du meilleur film) consiste essentiellement dans la magistrale habileté du cinéaste à mettre en scène simultanément ces trois destins. L'auteur étudie dans une langue aussi claire qu'élégante les principaux thèmes du film, et notamment la condition féminine et l'homosexualité, le drame de l'incommunicabilité, la maternité et la création littéraire, la mort... Sans privilégier un personnage au détriment des autres, L. Becdelièvre parvient à montrer pour chaque thème ce qui unit les trois femmes, en portant une attention particulière aux éléments récurrents des décors, par exemple la nourriture (renvoyant à la mort et à la dépression), les fleurs (renvoyant à la jeunesse et au vieillissement), etc. Mais la profonde originalité de cet essai est d'instaurer un dialogue très pertinent entre le cinéma et la littérature, c'est-à-dire avec Les Heures de Cunningham et l'œuvre séminale de Virginia Woolf, avec en ligne de mire le questionnement sur la création artistique et la condition de l'artiste. En rappelant tout au long de son livre certaines pages de l'un et de l'autre, L. Becdelièvre montre la puissance évocatrice des images, mais aussi ses limites. Surtout, l'auteur évite l'écueil des lourdeurs d'un certain comparatisme qui voudrait pointer les " inexactitudes " dans la filiation littérature-cinéma. Au contraire, il s'agit toujours ici de révéler la spécificité de chaque moyen d'expression en en extrayant les plus fortes évocations. C'est en cela qu'il plaira autant aux cinéphiles qu'aux amateurs de littérature. Richement illustré par des photogrammes in-texte qui viennent soutenir l'argumentation, le livre contient un hors-texte quadri de 8 pages composé d'images qui présentent les moments cruciaux des vingt-quatre heures vécues par les héroïnes.

Biographie de l'auteur :
Laure Becdelièvre est ancienne élève de l'École normale supérieure (Ulm) et docteur de littérature comparée de l'université Paris IV-Sorbonne. Elle a publié en 2008 un essai aux Éditions de La Transparence intitulé Nietzsche et Mallarmé. Rémunérer le " mal d'être deux ". Elle a réalisé un court-métrage avec Michel Piccoli (Mon chien) et travaille actuellement comme rédactrice indépendante.

Voir le site internet de l'éditeur Editions de la Transparence

> Sur un thème proche :

14228 livres recensés   •   (c)2014-2020  Livres-Cinema.info   •