MENU   

« Gus van Sant »

Couverture du livre Gus van Sant par Stéphane Bouquet et Jean-Marc Lalanne

AmazonFnacRakuten/PriceMinister

de Stéphane Bouquet et Jean-Marc Lalanne

Type
Biographies
Sujet
RéalisateurGus van Sant
Mots Clés
Gus van Sant, cinéma indépendant, Sundance
Année d'édition
2009
Editeur
Cahiers du Cinéma
Collection
Albums
Langue
français
Taille d'un livre de poche 11x18cmTaille relative de ce livreTaille d'un grand livre (29x22cm)
Taille du livre
Format
Relié • 204 pages • 35,00 €
20,5 x 22 cm
ISBN
978-2-86642-538-8
Appréciation
pas d'appréciation (0 vote)

Moyenne des votes : pas d'appréciation

0 vote 1 étoile = On peut s'en passer
0 vote 2 étoiles = Bon livre
0 vote 3 étoiles = Excellent livre
0 vote 4 étoiles = Unique / une référence

Votre appréciation :

Description de l'ouvrage :
Gus van Sant a profondément transformé notre regard sur la jeunesse américaine. En 2003, le jury du festival de Cannes, bouleversé par la transposition de la fusillade du lycée de Columbine qu'il livre avec Elephant, lui décerne la Palme d'or. Son parcours est fait de métamorphoses successives, des quartiers populaires de Portland, " sa " ville, filmée d'abord en noir et blanc dans Mala Noche jusqu'au San Francisco des années 70, reconstitué pour faire revivre la lutte de Harvey Milk pour les droits des homosexuels. A la fin des années 80, il représente le jeune auteur indépendant par excellence avec Drugstore Cowboy, My Own Private Idaho, Even Cowgirls Get the Blues. Son univers peuplé d'une nouvelle génération d'acteurs ( Matt Dillon, River Phoenix, Keanu Reeves... ) affirme son identité homosexuelle et mêle les influences du western classique, de la culture " beat ", de la peinture hyperréaliste et des écoles contemporaines de la photographie américaine. Au milieu des années 90, l'auteur se mue en artisan des studios avec Will Hunting et A la recherche de Forrester. Psycho marque le tournant qui le conduit vers Gerry, Elephant, Last Days et Paranoid Park et le statut d'un artiste protéiforme au moment où l'on découvre qu'il peint, photographie, compose et interprète... L'oeuvre de Gus van Sant est à la fois neuve et prise dans le mouvement d'une génération. Chacune de ses périodes place le cinéaste au meilleur poste d'observation, dans l'œil du cyclone, à partir duquel il ressent et donne à voir les contours du temps présent.

Biographie de l'auteur :
Stéphane Bouquet est écrivain et scénariste ; ancien rédacteur aux Cahiers du cinéma. Jean-Marc Lalanne est rédacteur en chef des Inrockuptibles après avoir été celui des Cahiers du cinéma au début des années 2000. Il est le co-auteur avec Philippe Azoury de " Fantômas, style moderne " et de " Cocteau et le cinéma, désordres ".

Extrait :
En douceur

3X4 + 1 = GVS. Tel pourrait être la formule algébrique définissant le métabolisme évolutif de l'oeuvre de Gus van Sant durant ses (presque) vingt-cinq premières années. L'oeuvre en effet est cyclique ; sa découpe en cycles est des plus franches, des plus lisibles ; et ces cycles, sans qu'aucune déclaration du cinéaste n'ait jamais fait état d'un projet concerté dans ce sens, sont réguliers, régulés, réglés. Trois cycles de quatre films chacun et désormais, avec le tout nouveau Harvey Milk, l'amorce d'un départ dans une direction nouvelle. + 1 donc, sans qu'on sache très bien si les films suivants constitueront avec Milk des ensembles aussi homogènes que Mala Noche-Drugstore Cowboy-My Own Private Idaho-Even Cowgirls Get the Bines, puis Prête à tout - Will Hunting-Psycho - À la rencontre de Forrester et enfin Gerry - Elephant - Last Days - Paranoid Park (un cycle annoncé d'abord comme trilogie, mais finalement devenu à son tour tétra).
Ce qui structure ces cycles, c'est moins une certaine identité de thèmes, une même question interrogée par un ensemble de variations narratives (comme par exemple dans les cycles de Rohmer - Contes moraux, Comédies et proverbes, etc.) ou même une forte unité stylistique, que le choix d'un positionnement particulier dans le territoire du cinéma américain, une façon à chaque fois nouvelle de tester la possibilité de faire oeuvre de cinéaste dans un certain rapport, à la marge, puis au centre, puis à la marge de la marge de l'industrie hollywoodienne. A chaque nouveau cycle, GVS endosse une nouvelle posture et lui assigne un nouveau lieu. La première posture, qui court de la seconde moitié des années 80 à la première moitié des années 90, est celle de l'auteur indie. Mala Noche, de façon très lo-fi. Drugstore Cowhoy, My Own Private Idalio et Even Cowgirls Get the Blues, avec toujours davantage de moyens, campent ce que la critique et le public peuvent identifier très clairement comme une figure d'auteur : permanence des mêmes thèmes (le rapport à l'origine, la question de l'abandon), des mêmes motifs (la route, des étendues entre ciel et terre, une écriture visuelle très découpée, avec beaucoup d'effets rythmiques de montage), des mêmes dispositifs (le récit comme principe de déplacement, la réécriture du road movie), et l'affirmation d'une identité sexuelle particulière (l'homosexualité, déclinée sur le mode masculin, puis féminin - avec Even Cowgirls Get the Blues). Un univers d'auteur donc, mais d'auteur spécifiquement américain, reprenant à son compte toute une iconographie historique (celle du western, de l'hyperréalisme, de la photographie), une tradition littéraire (issue de la culture beat) et une mythologie (la figure du vagabond, du «tramp») incarnant la quintessence de l'Amérique. Un auteur américain enfin, pris dans un certain contexte du cinéma américain, se développant moins au coeur de son système industriel (comme ce fut le cas pour la génération précédente, dite du Nouvel Hollywood) que dans un système très organisé à sa marge, nommé de façon presque institutionnelle «cinéma indépendant» avec son circuit, ses instances de légitimation (Sundance...) propres.

> Des mêmes auteurs :

> Sur un thème proche :

Décadrages 19:Autour d'Elephant de Gus Van Sant

Décadrages 19 (2011)

Autour d'Elephant de Gus Van Sant

Collectif dir. Alain Boillat et François Bovier

Sujet : Un Film > Elephant

Gus Van Sant:Icônes

Gus Van Sant (2016)

Icônes

Collectif dir. Matthieu Orléan

Sujet : Réalisateur > Gus van Sant

Gus Van Sant: Le cinéma entre les nuages

Gus Van Sant (2009)

Le cinéma entre les nuages

de Edouard Arnoldy

Sujet : Réalisateur > Gus van Sant

L'Espace cinématographique:Esthétique et dramaturgie

L'Espace cinématogra-
phique
(2015)

Esthétique et dramaturgie

de Antoine Gaudin

Sujet : Théorie

Le regard détaché  au cinéma: Une non-analyse des films d'Andreï Tarkovski, d'Alexandre Sokourov et de Gus Van Sant

Le regard détaché au cinéma (2012)

Une non-analyse des films d'Andreï Tarkovski, d'Alexandre Sokourov et de Gus Van Sant

de Arthur Môlard

Sujet : Théorie

Nota : Un livre sur fond légèrement grisé est un livre qui n'est plus actuellement édité ou qui peut être difficile à trouver en librairie. Le prix mentionné est celui de l'ouvrage à sa sortie, le prix sur le marché de l'occasion peut être très différent.
Un livre sur fond de couleur beige est un livre est un livre édité en langue anglaise.

14185 livres recensés   •   (c)2014-2020  Livres-Cinema.info   •