MENU   

« La vie est immense et pleine de dangers »

de Denis Gheerbrant

Couverture du livre La vie est immense et pleine de dangers par Alain Bergala

Rakuten/PriceMinister

de Alain Bergala

Type
Etudes
Sujet
Un FilmLa vie est immense et pleine de dangers
Mots Clés
Denis Gheerbrant
Année d'édition
2001 (épuisé ou diffusion restreinte)
Editeur
Les Enfants de cinéma
Collection
Cahier de notes sur...
Langue
français
Taille d'un livre de poche 11x18cmTaille relative de ce livreTaille d'un grand livre (29x22cm)
Taille du livre
Format
Broché • 40 pages • ? €
19 x 27 cm
ISBN
-
Appréciation
pas d'appréciation (0 vote)

Moyenne des votes : pas d'appréciation

0 vote 1 étoile = On peut s'en passer
0 vote 2 étoiles = Bon livre
0 vote 3 étoiles = Excellent livre
0 vote 4 étoiles = Unique / une référence

Votre appréciation :

Description de l'ouvrage :
L’hôpital est généralement perçu comme un monde à part, aussi bien par les malades et leurs proches que par les équipes soignantes. Monde à part en raison des enjeux vitaux qui sont sa raison d’être, à cause de la proximité quotidienne de la souffrance, de la détresse et de la mort. Mais aussi parce que lesreprésentations scientifiques du corps et de la maladie qui y ont cours ne sont pas toujours familières, tant s’en faut, à ceux qui viennent y chercher la guérison. D’ailleurs, même lorsque ces savoirs appartiennent aux patients (quand ces derniers sont eux-mêmes médecins par exemple) ils sont par définition décalés par rapport aux évidences immédiates que le corps, ses alchimies internes et la maladie éveillent chez tout individu. À ce décalage, le film fait allusion lorsqu’on nous montre l’échographie subie par Cédric, ou lorsqu’au téléphone le médecin décrit à son correspondant la tumeur de Dolorès, tandis que la caméra est fixée sur le visage de l’enfant inquiète.

Le monde hospitalier et la tradition du secret technique
D’autre part l’hôpital lui-même s’est beaucoup revendiqué comme lieu initiatique distinct de l’espace profane pour les corporations professionnelles qui y exercent leurs savoirs. En excluant les familles des espaces de soins (ce qui n’est pas le cas dans le service où est hospitalisé Cédric) les soignants ont longtemps cherché non seulement à conserver l’exclusivité de leurs savoir-faire, mais peut-être aussi à esquiver le regard que les profanes pourraient porter sur leurs pratiques. En sus de leurs nécessités techniques, ces pratiques ont en effet une dimension rituelle qui ne renvoie pas aux malades mais à la dynamique interne de l’équipe soignante en tant que groupe social. De sorte que l’opacité bien connue de nombre d’institutions thérapeutiques protège encore souvent non pas le malade mais la « cuisine » hospitalière dont il est l’objet. Au sortir de cet espace relativement étranger qu’est l’hôpital, les patients n’ont pas acquis un véritable statut d’initiés au savoir médical, même si, surtout dans le cas de traitements prolongés, ils finissent par posséder une certaine compétence (voir l’épisode où Cédric s’inquiète de son cathéter). L’interdit qui continue de peser sur le dossier médical et sa consultation directe par les intéressés (même médecins) ou leurs proches montre que les malades ne sont pas censés franchir la frontière qui sépare les profanes des experts. En cela notre système médico-hospitalier fonctionne d’une manière opposée aux sociétés traditionnelles puisque dans celles-ci, même si les chamanes ont aussi leurs secrets, la maladie est susceptible d’apparaître comme une épreuve initiatique qui peut transformer le malade en thérapeute. Cependant, certaines des coutumes propres à l’espace hospitalier se rapprochent de celles qui sont observables dans les sociétés initiatiques traditionnelles. C’est vrai des usages même les plus techniques, telles les précautions d’asepsie qui, au bloc opératoire, en réanimation, et dans le « secteur » décrit dans le film (la chambre stérile), aboutissent à une topographie particulière ainsi qu’à des comportements d’isolement et d’évitement qui évoquent puissamment les rituels d’exclusion temporaire des candidats à l’initiation. Il n’est pas bien sûr question de nier l’importance de la bactériologie, mais de montrer que les précautions prises sont surdéterminées par des raisons d’ordre symbolique. En effet tout se passe comme si les transformations qui affectent les individus dans leur être le plus intime nécessitaient une enceinte, pour se dérouler correctement et efficacement. Le dispositif est celui de la clôture du ventre maternel lors de la gestation, laquelle sert de modèle universel pour toutes les mutations qu’auront ensuite à vivre les individus. C’est que, comme dans le fourneau des cuisinières, comme au plus profond de l’athanor des alchimistes, comme au cœur des centrales nucléaires (et comme dans les salles de radiothérapie) sont en jeu des énergies vitales originelles dont le subtil maniement conserve une part d’inconnu. Aussi ne doit-on ni permettre que des éléments extérieurs viennent interférer de manière incontrôlée dans le processus en œuvre, ni laisser les forces en jeu déborder du cercle magique qui isole l’intéressé du reste de l’humanité. Qui sait où elles iraient se fixer ensuite ?
Le film : d’une contagion redoutée à un utile exorcisme
Qu’il y ait du danger quelque part, c’est bien ce que nous dit Cédric. C’est bien ce que nous ressentons nous aussi au vu de ces séquences, et encore plus parfois à l’idée que ce film soit vu par des enfants du même âge. Mais de quel ordre est donc cette inquiétude, sachant que les enfants, pour leur part, n’ont pas nécessairement les mêmes angoisses que leurs parents ou leurs maîtres ? Est-ce que nous ne craignons pas, justement, qu’il n’y ait quelque chose de contagieux dans ces images? Comme si le film venait défaire toutes les conjurations dont nous entourons la vie de nos enfants ?

Voir le site internet de l'éditeur Les Enfants de cinéma

> Du même auteur :

Le Cinéma de Bernardo Bertolucci: De Parme à l'ailleurs, carnet de voyage d'un cinéaste nostalgique

Le Cinéma de Bernardo Bertolucci (2011)

De Parme à l'ailleurs, carnet de voyage d'un cinéaste nostalgique

Collectif dir. Alain Bergala

Sujet : Réalisateur > Bernardo Bertolucci

Brune Blonde: La chevelure féminine dans l'art et le cinéma

Brune Blonde (2010)

La chevelure féminine dans l'art et le cinéma

Collectif dir. Alain Bergala et Anne Marquez

Sujet : Les Films > Personnages

L'hypothèse cinéma: Petit traité de transmission du cinéma à l'école et ailleurs

L'hypothèse cinéma (2006)

Petit traité de transmission du cinéma à l'école et ailleurs

de Alain Bergala

Sujet : Métiers et Formation

New York: 25 ans après le dialogue

New York (2006)

25 ans après le dialogue

de Raymond Depardon et Alain Bergala

Sujet : Généralités

Monika de Ingmar Bergman: Du rapport créateur-créature au cinéma

Monika de Ingmar Bergman (2005)

Du rapport créateur-créature au cinéma

de Alain Bergala

Sujet : Un Film > Monika

Le Cinéma comment ça va: Lettre à Fassbinder suivie de onze autres

Le Cinéma comment ça va (2005)

Lettre à Fassbinder suivie de onze autres

de Alain Bergala

Sujet : Généralités

Print the Legend: Cinéma et journalisme

Print the Legend (2004)

Cinéma et journalisme

Collectif dir. Jean-Michel Frodon, Giorgio Gosetti et Alain Bergala

Sujet : Sociologie

L'Argent de poche: de François Truffaut

L'Argent de poche (2001)

de François Truffaut

de Alain Bergala

Sujet : Un Film > L'Argent de poche

Magnum cinéma:Des histoires de cinéma par les photographes de Magnum

Magnum cinéma (1997)

Des histoires de cinéma par les photographes de Magnum

de Alain Bergala

Sujet : Généralités

Scénographie:photos de films n°3

Scénographie (1980)

photos de films n°3

Collectif dir. Alain Bergala

Sujet : Les Films > Sélections de films

> Sur un thème proche :

Nota : Un livre sur fond légèrement grisé est un livre qui n'est plus actuellement édité ou qui peut être difficile à trouver en librairie. Le prix mentionné est celui de l'ouvrage à sa sortie, le prix sur le marché de l'occasion peut être très différent.

14894 livres recensés   •   (c)2014-2020  Livres-Cinema.info   •