MENU   

« Les Demoiselles de Rochefort »

de Jacques Demy

Couverture du livre Les Demoiselles de Rochefort par Michel Marie

Rakuten/PriceMinister

de Michel Marie

Type
Etudes
Sujet
Un FilmLes Demoiselles de Rochefort
Mots Clés
Jacques Demy
Année d'édition
2001 (épuisé ou diffusion restreinte)
Editeur
Les Enfants de cinéma
Collection
Cahier de notes sur...
Langue
français
Taille d'un livre de poche 11x18cmTaille relative de ce livreTaille d'un grand livre (29x22cm)
Taille du livre
Format
Broché • 40 pages • ? €
19 x 27 cm
ISBN
-
Appréciation
pas d'appréciation (0 vote)

Moyenne des votes : pas d'appréciation

0 vote 1 étoile = On peut s'en passer
0 vote 2 étoiles = Bon livre
0 vote 3 étoiles = Excellent livre
0 vote 4 étoiles = Unique / une référence

Votre appréciation :

Description de l'ouvrage :
Les Demoiselles de Rochefort correspond donc à l’un des tout premiers projets du jeune cinéaste : tourner en France une comédie musicale à l’américaine avec des chansons et des ballets. La différence essentielle réside dans le choix très provocateur d’une réalisation en décors naturels dans une ville véritable. Nous avons vu que Demy avait choisi la ville militaire de Rochefort, en raison du géométrisme accentué de son architecture. Les dallages réguliers de la Place Carrée se prêtent en effet admirablement, par contraste, à la représentation des figures chorégraphiques modernes, car ils permettent à celles-ci de mieux se détacher sur un fond symétrique. Le sol de Rochefort offre l’équivalent des structures visuelles des ballets kaléidoscopiques du chorégraphe américain Busby Berkeley, le célèbre réalisateur des Chercheuses d’or (1935) et de Place au rythme (1939).

Les chansons
Le film accorde une large place aux chansons : elles sont, en effet, une vingtaine à partir de la chanson initiale, celle des sœurs jumelles (séquence 4) jusqu’à sa reprise lors de la kermesse finale (séquence 21). On notera la disparition des chansons dans la dernière partie du film après la kermesse. Les personnages principaux ont tous l’opportunité d’exprimer leurs sentiments par la voie du lyrisme musical. Et ce sont évidemment les jumelles, Solange et Delphine, qui ont le plus l’occasion de chanter, ensemble et également chacune pour elle-même. Les chansons en commun interviennent dans les séquences 4, 16 et 21 : outre le thème devenu très célèbre Nous sommes deux sœurs jumelles, nées sous le signe des Gémeaux, le spectateur a droit à la mélancolique et ironique chanson Dans le port de Hambourg, qui est suivie du thème euphorique Quand l’été à disparu. Quand le temps s’en est allé… Aimer les fleurs. Aimer les rires et les pleurs.

Delphine et Solange s’expriment seules lorsqu’elles évoquent leur amour idéal. Il en est de même pour Maxence, Andy, Simon et Yvonne. Les deux forains chantent pour évoquer leurs voyages et leurs amours plus éphémères : Nous voyageons de ville en ville,et de filles en filles… (séquence 9 et séquence 21). Ce qui différencie essentiellement les chansons des Demoiselles de celles des comédies hollywoodiennes qui utilisent souvent des « standards » antérieurs déjà très célèbres comme, « Singin’ in the Rain », c’est qu’elles ont été écrites spécialement pour le film par l’auteur (Jacques Demy, bien évidemment), qui est aussi le scénariste et le dialoguiste. De plus, les paroles des chansons sont toutes prononcées de manière à être comprises par le spectateur-auditeur. Elles ne sont pas séparées du dialogue mais, au contraire, en constituent le prolongement indispensable, du point de vue du sens notamment. Elles permettent de comprendre les sentiments des personnages et donnent des informations scénaristiques importantes, absentes des dialogues parlés : par exemple, la relation antérieure entre Simon et Yvonne. D’autre part, le texte des paroles chantées comprend tout autant de tournures poétiques, lyriques, ironiques et comiques que les dialogues en eux-mêmes. Mais également, Jacques Demy ne limite pas la chanson à l’expression du lyrisme amoureux. Les séquences 17 et 18, consacrées à la découverte du corps de la femme découpée en morceaux, comprennent deux chansons pour la première (chansons d’Yvonne puis de Josette) et une suite de dialogues intégralement chantés par tous les personnages présents pour la seconde : les policiers, Maxence, Solange, Andy, enfin Delphine. La séquence 18 s’oppose ainsi à la séquence 20 qui réunit tous les personnages autour d’une table de restaurant pour les faire parler exclusivement en alexandrins. Ce dialogue de conversations de rue, intégralement chanté, non sans une pointe d’auto-ironie (C’est de l’esprit à quatre sous – Grattez où ça vous démange !) rappelle le chanté des Parapluies de Cherbourg et annonce celui de Une chambre en ville.

Voir le site internet de l'éditeur Les Enfants de cinéma

> Du même auteur :

La Nouvelle Vague:une école artistique

La Nouvelle Vague (2017)

une école artistique

de Michel Marie

Sujet : Pays > France

A grande allure : L'oeuvre de Pierre Perrault

A grande allure (2015)

L'oeuvre de Pierre Perrault

Collectif dir. Juliana Araujo et Michel Marie

Sujet : Réalisateur > Pierre Perrault

L'avenir de la mémoire : Patrimoine, restauration et réemploi cinématographiques

L'avenir de la mémoire (2013)

Patrimoine, restauration et réemploi cinématographiques

Collectif dir. Michel Marie et André Habib

Sujet : Histoire du cinéma

Godard: La Nouvelle Vague et À bout de souffle

Godard (2012)

La Nouvelle Vague et À bout de souffle

de Michel Marie

Sujet : Pays > France

Les images en question:Cinéma, télévision, nouvelles images : les voies de la recherche

Les images en question (2011)

Cinéma, télévision, nouvelles images : les voies de la recherche

Collectif dir. Pierre Beylot, Isabelle Le Corff et Michel Marie

Sujet : Théorie

Comprendre Godard: Travelling avant sur A bout de souffle et Le Mépris

Comprendre Godard (2006)

Travelling avant sur A bout de souffle et Le Mépris

de Michel Marie

Sujet : Un Film > À bout de souffle, Le Mépris

M le Maudit : étude critique

M le Maudit (2005)

étude critique

de Michel Marie

Sujet : Un Film > M le Maudit

Le Corsaire rouge: de Robert Siodmak

Le Corsaire rouge (2001)

de Robert Siodmak

de Michel Marie

Sujet : Un Film > Le Corsaire rouge

Le Mépris: étude critique

Le Mépris (1998)

étude critique

de Michel Marie

Sujet : Un Film > Le Mépris

Jacques Feyder : Revue 1895 hors-série

Jacques Feyder (1998)

Revue 1895 hors-série

Collectif dir. Jean A. Gili et Michel Marie

Sujet : Réalisateur > Jacques Feyder

Georges Méliès: L'illusionniste de fin de siècle

Georges Méliès (1998)

L'illusionniste de fin de siècle

Collectif dir. Jacques Malthête et Michel Marie

Sujet : Réalisateur > Georges Méliès

Cinéma des premiers temps: Nouvelles contributions françaises

Cinéma des premiers temps (1996)

Nouvelles contributions françaises

Collectif dir. Michel Marie

Sujet : Histoire du cinéma

Les vingt premières années du cinéma français: Colloque international de la Sorbonne-Nouvelle, 4-6 novembre 1993

Les vingt premières années du cinéma français (1995)

Colloque international de la Sorbonne-Nouvelle, 4-6 novembre 1993

de Michèle Lagny, Michel Marie, Vincent Pinel et Jean A. Gili

Sujet : Histoire du cinéma

> Sur un thème proche :

Nota : Un livre sur fond légèrement grisé est un livre qui n'est plus actuellement édité ou qui peut être difficile à trouver en librairie. Le prix mentionné est celui de l'ouvrage à sa sortie, le prix sur le marché de l'occasion peut être très différent.

14819 livres recensés   •   (c)2014-2020  Livres-Cinema.info   •