MENU   

« L'Attrait de la lumière »

Couverture du livre L'Attrait de la lumière par Jacques Aumont

AmazonFnac
PriceMinister

de Jacques Aumont

Type
Etudes
Sujet
TechniqueEclairage
Mots Clés
lumière, image, art, éclairage, couleur
Année d'édition
2010
Editeur
Yellow Now
Collection
Côté cinéma
Langue
français
Taille d'un livre de poche 11x18cmTaille relative de ce livreTaille d'un grand livre (29x22cm)
Taille du livre
Format
Broché • 77 pages • 9,70 €
11,5 x 17 cm
ISBN
978-2-87340-257-0
Appréciation
pas d'appréciation (0 vote)

Moyenne des votes : pas d'appréciation

0 vote 1 étoile = On peut s'en passer
0 vote 2 étoiles = Bon livre
0 vote 3 étoiles = Excellent livre
0 vote 4 étoiles = Unique / une référence

Votre appréciation :

Description de l'ouvrage :
La lumière, qui nous permet de voir, n'est elle-même pas facile à voir ni à regarder. La faire voir, c'est le propre de certains films, qui en font un objet de contemplation ou un moyen d'expression ; aussi la science de l'éclairage, l'art de maîtriser la lumière, a-t-il toujours caractérisé les grands cinéastes. On n'a privilégié ici aucune des possibilités figuratives ou expressives de la lumière au cinéma : l'intensité, la couleur, le contraste ; les lumières solaires et les lumières étranges et inquiétantes ; la lumière que l'on enregistre parce qu'elle est là, et celle qui agit sur le drame. Et, parce que nous baignons dans une culture pour laquelle le lumineux souvent équivaut au divin, on a donné toute leur place aux symbolismes et aux métaphores, divins ou diaboliques, dont l'histoire des films est prodigue. La lumière est du monde, elle est sur l'écran, elle est dans l'image : c'est en ce sens très large qu'on a voulu ici redonner sens au vieux terme de photogénie.

Biographie de l'auteur :
Jacques Aumont est professeur émérite à l'université de la Sorbonne nouvelle, et enseigne actuellement aux Beaux-Arts de Paris. Il est l'auteur d'une vingtaine d'ouvrages sur l'art et sur les images, spécialement cinématographiques, notamment Montage Eisenstein (1978, 2007),1'œil interminable (1989,2007), Du visage au cinéma (1992), "Vampyr" de Carl Th. Dreyer (1993), De l'esthétique au présent (1998), Amnésies (1999), les Théories des cinéastes (2002), le Cinéma et la mise en scène (2006), Matière d'images, Redux (2009), " Notre-Dame des Turcs " de Carmelo Bene (2010).

Extrait :
À Jean-André Fieschi et à l'Horreur de la lumière

Un petit groupe d'hommes et de femmes progresse, péniblement, dans un paysage aride, des collines de terre et de cailloux. Ils sont vêtus de combinaisons protectrices, portent des masques devant la bouche et d'inquiétantes lunettes filtrantes. Leur marche titubante les dépeint épuisés, fuyant on ne sait quelle horreur, sous un soleil qu'on devine accablant - et qui pourtant est figuré comme une lumière nocturne : une «nuit américaine», voyante, rudimentaire. L'un d'eux, le chef, manie une caméra, peut-être pour enregistrer des preuves ou des traces. Il se tient dressé devant l'astre du jour déguisé en astre de la nuit, et une couronne de lumière - cercle adamantin ou couronne d'épines - apparaît au ciel. Ils marchent, vers la mer. Tout à coup les collines semblent se mettre à flotter, et un panoramique découvre le petit groupe arrivant au rivage. Mais alors que l'un d'eux, une enfant, déclare : «Nous avons enfin un lieu pour vivre», une main se pose sur son épaule : celle du réalisateur. Il s'agissait, nous le comprenons rétroactivement, du tournage d'un film, visiblement une fiction post-atomique. Nous découvrons alors la scène du tournage, un projecteur, un panneau réflecteur au-dessus d'une toile peinte avec le paysage qui flottait au vent tout à l'heure. Le film, nous le pressentons, va raconter la réalisation d'un film.
C'est le début de l'État des choses, de Wim Wenders (1982) - et c'est un catalogue presque complet de ce que peut faire la lumière dans un film de fiction. Le soleil et ses rayons tombant sur un paysage ; la mutation de ce soleil en éclairage lunaire par la convention de la nuit américaine ; l'aveu des instruments d'éclairage, projecteur et réflecteur ; et jusqu'à cette figure purement symbolique, qui ne représente rien de précis mais dit toute la vérité : la lumière, dans ce film comme dans la plupart, est faite par l'homme, ce sont des lampes - mais elle a cependant, même sous forme dérisoirement réduite, l'aura du sublime.

Voir le site internet de l'éditeur Yellow Now

> Du même auteur :

Fictions filmiques : comment (et pourquoi) le cinéma raconte des histoires

Fictions filmiques (2018)

comment (et pourquoi) le cinéma raconte des histoires

de Jacques Aumont

Sujet : Théorie

2 x 2  : 'Hélas pour moi', 'Nouvelle vague' : Godard

2 x 2 (2018)

'Hélas pour moi', 'Nouvelle vague' : Godard

de Jacques Aumont

Sujet : Un Film > Hélas pour moi, Nouvelle vague

Esthétique du film:120 ans de théorie et de cinéma

Esthétique du film (2016)

120 ans de théorie et de cinéma

de Jacques Aumont, Alain Bergala, Michel Marie et Marc Vernet

Sujet : Théorie

Le montage : La seule invention du cinéma

Le montage (2015)

La seule invention du cinéma

de Jacques Aumont

Sujet : Théorie

Limites de la fiction:Considérations actuelles sur l'état du cinéma

Limites de la fiction (2014)

Considérations actuelles sur l'état du cinéma

de Jacques Aumont

Sujet : Généralités

Le Cinéma expressionniste: De Caligari à Tim Burton

Le Cinéma expressionniste (2009)

De Caligari à Tim Burton

Collectif dir. Jacques Aumont et Bernard Benoliel

Sujet : Histoire du cinéma

La rencontre au cinéma: Au cinéma, toujours l'inattendu arrive

La rencontre au cinéma (2007)

Au cinéma, toujours l'inattendu arrive

Collectif dir. Jacques Aumont

Sujet : Sociologie

Moderne ?: Comment le cinéma est devenu le plus singulier des arts

Moderne ? (2007)

Comment le cinéma est devenu le plus singulier des arts

de Jacques Aumont

Sujet : Généralités

Ingmar Bergman: Mes films sont l'explication de mes images

Ingmar Bergman (2003)

Mes films sont l'explication de mes images

de Jacques Aumont

Sujet : Réalisateur > Ingmar Bergman

Le septième art: Le cinéma parmi les arts

Le septième art (2003)

Le cinéma parmi les arts

Collectif dir. Jacques Aumont

Sujet : Théorie

Aventure et cinéma

Aventure et cinéma (2001)

Collectif dir. Jacques Aumont

Sujet : Théorie

La différence des sexes est-elle visible ?: Les hommes et les femmes au cinéma

La différence des sexes est-elle visible ? (2000)

Les hommes et les femmes au cinéma

Collectif dir. Jacques Aumont

Sujet : Sociologie

La Mise en scène

La Mise en scène (2000)

Collectif dir. Jacques Aumont

Sujet : Théorie

Amnésies: Fictions du cinéma d'après Jean-Luc Godard

Amnésies (1999)

Fictions du cinéma d'après Jean-Luc Godard

de Jacques Aumont

Sujet : Théorie

Jean Epstein: Cinéaste, poète, philosophe

Jean Epstein (1998)

Cinéaste, poète, philosophe

Collectif dir. Jacques Aumont

Sujet : Réalisateur > Jean Epstein

Pour un cinéma comparé : Influences et répétitions

Pour un cinéma comparé (1996)

Influences et répétitions

Collectif dir. Jacques Aumont

Sujet : L'analyse de films

L'invention de la figure humaine: Le cinéma, l'humain et l'inhumain

L'invention de la figure humaine (1995)

Le cinéma, l'humain et l'inhumain

Collectif dir. Jacques Aumont

Sujet : Sociologie

> Sur un thème proche :

Nota : Un livre sur fond légèrement grisé est un livre qui n'est plus actuellement édité ou qui peut être difficile à trouver en librairie. Le prix mentionné est celui de l'ouvrage à sa sortie, le prix sur le marché de l'occasion peut être très différent.

13380 livres recensés   •   (c)2014-2019  Livres-Cinema.info   •